Tests, masques… Le gouvernement précise sa stratégie pour lutter contre le coronavirus

Des personnes prioritaires pour les tests PCR, masque obligatoire pour les professionnels des crèches… Le ministre de la Santé a annoncé de nouvelles mesures pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© POOL New - Reuters

« L’épidémie est à nouveau très active dans notre pays. Nous devons apprendre à vivre avec le virus, pour quelques mois encore », a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce jeudi après-midi lors d’un point presse sur la stratégie du gouvernement face au Covid-19, voué à devenir hebdomadaire.

Face à l’épidémie, le gouvernement a adopté une stratégie basée sur quatre piliers : les gestes barrières et le port du masque, tester-alerter-protéger, une stratégie différenciée adaptée à chaque territoire, et la protection des personnes âgées et vulnérables. Cependant, « nousconstatons depuis plusieurs semaines une accélération de la circulation du virus. Tous les indicateurs l'affirment », indique le ministre.

« Le taux d'incidence qui compte le nombre de nouvelles contaminations par semaine est en hausse constante. Il était hier soir dans notre pays de 83 cas pour 100 000 habitants, alors qu'il était à 40 à la fin du mois d'août, à 25 au milieu du mois d'août et à 10 à la fin du mois dejuillet, a expliqué Olivier Véran. Le fameux facteur R (...) reste supérieur à 1 (…), ce qui veut dire que l’épidémie gagne du terrain. Mais il est environ trois fois inférieur en termes de vitesse de circulation à ce que nous avions constaté au printemps dernier ».

Limiter les rassemblements familiaux

Face à cette reprise de l’épidémie, le ministre met en garde contre les rassemblements familiaux. « Les chiffres sont désormais sans appel: la famille, les rassemblements amicaux sont des lieux massifs de contamination. Nous sommes, chacun d'entre nous, les acteurs clé de la lutte contre le virus et les gestes barrières sont les meilleurs moyens de lutter contre l'épidémie en l'absence de vaccin », a-t-il déclaré. De même, le ministre demande aux personnes âgées de « se protéger davantage ».

De nouvelles restrictions attendues à Lyon et Nice

A Lyon, qui connaît un taux d'incidence de 200 (113 pour les personnes âgées), et à Nice, où le taux d'incidence est de 150 (proche de 100 pour les personnes âgées), de nouvelles mesures sanitaires devront être prises. Olivier Véran a demandé aux préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes « de proposer au gouvernement d'ici samedi » des mesures « pour enrayer la circulation du virus ». De possibles restrictions pourraient advenir à Marseille et en Guadeloupe « si la situation sanitaire ne s’améliore pas ».

À Lille, Toulouse, Rennes, Dijon et Paris, les seuils critiques ne sont pas encore atteints mais « nous serons extrêmement attentifs à l'évolution de l'épidémie dans ces métropoles ».

Une liste de personnes prioritaires pour les tests PCR

« Nous avons réussi le pari du dépistage massif, mais nous sommes - au regard du nombre de tests réaliséschaque jour - confrontés à de réelles difficultés organisationnelles que nousdevons résoudre », a reconnu le ministre de la Santé qui a confirmé la stratégie de priorisationdes tests PCR. Une liste de personnes prioritaires sera ainsi établie (personnes ayant une prescription médicale, les symptomatiques, les professionnels de santé, et les cas contacts à risque) pour réduire les délais d’attente. 20 centres de prélèvements seront, par ailleurs, déployés en Ile-de-France, à partir de lundi 21 septembre, où les personnes prioritaires pourront se rendre de 8h à 14h. Plusieurs centaines de tests PCR pourront y être effectués.

Concernant les tests rapides, dits testsantigéniques, 5 millions ont été commandés et arriveront d'ici octobre. Des opérations de dépistage seront déployés dans des hôpitaux parisiens.

Assouplissement du protocole dans les écoles

« Les jeunes enfants sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus », a confirmé le ministre de la Santé, s'appuyant sur avis publié ce jeudi soir du Haut conseil de la santé publique (HCSP). « Cela signifie que les enfants en primaire, maternelle et en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux ou de contaminer les adultes », a expliqué Olivier Véran. Dans ces conditions, le ministre annonce que les élèves d’une classe où un cas est détecté, et où il n’y a pas de chaîne de contamination, pourront continuer à aller à l’école.

Port du masque obligatoire pour tous les professionnels de crèche

Le port du masque devient désormais obligatoire pour tous les professionnels de crèche, y compris en présence des enfants. Des dérogations seront possibles en fonction des élèves accueillis, notamment pour ceux présentant des troubles comportementaux.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :