Tests antigéniques : tout ce qu’il faut savoir

Les tests antigéniques permettent de vérifier si une personne est infectée par le Covid-19 en 15 à 20 minutes. Où effectuer un test ? Quelles sont les conditions de prises en charge ? Eléments de réponses. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
© Ralf Geithe

Les tests de dépistage rapides du coronavirus, dits « tests antigéniques », se déploient enfin en France. Depuis début novembre, près de 200 000 ont été réalisés par des pharmaciens, infirmiers et médecins de ville. Depuis le 10 novembre, plus de 40 000 sont effectués chaque jour. S’ils sont moins fiables que les tests virologiques classiques RT-PCR, leur rapidité est un atout pour casser les chaînes de transmission et isoler les cas positifs.

Comment fonctionne un test antigénique rapide ?

Comme le test virologique RT-PCR, le test antigénique est réalisé à partir d’un prélèvement dans les narines à l’aide d’un écouvillon (nasopharyngé). Mais contrairement au test PCR qui nécessite une analyse lourde en laboratoire pour savoir si les cellules prélevées contiennent du matériel génétique du virus, le test rapide repère des protéines du virus en quelques minutes. Les particules prélevées sont mélangées avec un réactif sur une bandelette et une réaction colorée apparaît si le test est positif, comme pour un test de grossesse. Ici, pas besoin de passer par une machine en laboratoire.

En combien de temps a-t-on le résultat ?

Alors que les tests RT-PCR nécessitent trois à six heures d’analyse – sans tenir compte des délais d’acheminement jusqu’aux laboratoires, les tests antigéniques sont rapides. En 15 à 20 minutes, on a le résultat qui est communiqué dans la foulée, contre 24 heures au minimum pour les tests RT-PCR.

Les tests antigéniques sont-ils fiables ?

« Les tests antigènes rapides ne comportent pas de phase d’amplification et ne détectent le virus que lorsqu’il est présent à titre élevé », expliquait en avril dernier l'immunologiste Eric Muraille, rattaché à l'université libre de Bruxelles, dans un texte paru sur The Conversation. Ils sont donc moins fiables que les tests RT-PCR.

Qui peut effectuer un test antigénique ?

Un arrêté publié le 17 novembre au Journal officiel a assoupli les critères d’éligibilité pour la réalisation des tests antigéniques.

> Personnes symptomatiques

Toutes les personnes symptomatiques peuvent désormais bénéficier d’un test antigénique si leurs symptômes datent de 4 jours ou moins. Jusqu’à présent, les plus de 65 ans étaient exclus et le test antigénique n’était autorisé qu’à condition de ne pas pouvoir obtenir de test RT-CR dans un délai de 48 heures.

> Personnes asymptomatiques

Les personnes asymptomatiques peuvent bénéficier d’un test antigénique, à condition de ne pas être cas contact ou détectées au sein d’un cluster.

Les tests peuvent aussi être réalisés dans le cadre d’opérations de dépistage collectif, organisées notamment par l’employeur ou une collectivité publique au sein de populations ciblées, en cas de suspicion de cluster ou de circulation particulièrement active du virus, après déclaration au représentant de l’Etat dans le département.

Les tests antigéniques sont-ils pris en charge ?

Oui, les tests antigéniques sont gratuits et pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Il n’y a pas besoin de présenter une ordonnance médicale.

Qui peut réaliser le prélèvement ?

Les prélèvements peuvent être réalisés par :

  • un médecin, un chirurgien-dentiste, une sage-femme, un pharmacien, un masseur-kinésithérapeute ou un infirmier ;
  • un manipulateur d'électroradiologie médicale, un technicien de laboratoire médical, un préparateur en pharmacie, un aide-soignant, un auxiliaire de puériculture, un ambulancier ou un étudiant ayant validé sa première année en médecine, chirurgie dentaire, pharmacie, maïeutique ou soins infirmiers (sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier).

La liste des officines et des soignants en ville volontaires pour participer au dépistage antigénique devrait être publiée dans la rubrique d'informations générales de la nouvelle application « TousAntiCovid ».

Certains autres professionnels sont autorisés à pratiquer le prélèvement sous la responsabilité d'un médecin, d'un pharmacien ou d'un infirmier et sur une zone et pour une période définies par le représentant territorial de l'État compétent : les sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, les sapeurs-pompiers de Paris, les marins-pompiers de Marseille ou encore les secouristes d’une association agréée de sécurité civile.

Que faire en cas de test positif ou négatif ?

Une fois le résultat du test obtenu, un document de traçabilité écrit est complété par le professionnel de santé et remis au patient.

En cas de test antigénique négatif : il convient de continuer à observer rigoureusement les gestes barrières. Si des symptômes compatibles avec la Covid-19 apparaissent, il faudra alors faire un test. Les personnes symptomatiques âgées de 65 ans ou plus et celles présentant au moins un facteur de risque sont invités à confirmer le résultat par un test RT-PCR.

En cas de test antigénique positif : le malade doit s'isoler immédiatement et contacter son médecin traitant, si ce n’est pas lui qui a réalisé le test, afin d'échanger avec lui sur les recommandations sanitaires et lister les personnes contact. L’Assurance maladie le contactera ensuite pour compléter la liste.

Quels sont les tests antigéniques autorisés ?

La liste des tests antigéniques autorisés est disponible sur le site du ministère de la Santé. Ils ont tous un marquage « CE » dont la conformité est vérifiée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et déclarent respecter les conditions de sensibilité et de spécificité requises par la Haute autorité de santé (HAS).

Partager cet article :