Test, isolement, école : les protocoles sanitaires se durcissent face aux variants du Covid-19

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Drazen Zigic

Dans une « note urgente » envoyée dimanche soir à tous les professionnels de santé de France, la Direction générale de la santé s’inquiète de la propagation des variants du Covid-19 qui pourrait faire perdre le contrôle de l’épidémie. Si le variant britannique est déjà bien implanté sur le territoire et représente 14 % des nouvelles contaminations, et jusqu’à 20 % dans certaines régions, ce sont les souches sud-africaine et brésilienne du virus qui suscitent le plus d’inquiétude. Leur « circulation est aujourd’hui minoritaire » mais présente « un risque d’échappement immunitaire et vaccinal », déclare en préambule l’autorité sanitaire qui annonce des mesures sanitaires complémentaires pour limiter leur propagation.

Tout test positif doit faire l’objet d’un test de criblage

Tout test antigénique ou PCR positif « doit désormais obligatoirement » être accompagné d’un test de criblage, réalisé dans un délai de 36 heures maximum, afin de déterminer s’il s’agit d’une contamination au variant britannique, brésilien ou sud-africain.

Isolement prolongé pour les malades infectés par la variant sud-africain ou brésilien

En cas de contamination au variant sud-africain ou brésilien, les personnes infectées doivent désormais s’isoler pendant 10 jours, au lieu de 7 auparavant. Pendant cette quarantaine, des visites d’infirmières libérales seront proposées au domicile des malades. Ceux dont la situation personnelle laisse présager un fort risque de propagation du virus (personnes vivant en famille, notamment avec des proches à risque, etc.) se verront systématiquement proposer une solution d’hébergement. A l’issue de cette période d’isolement, un nouveau test doit systématiquement être réalisé. S’il est négatif, l’isolement prend fin mais s’il est positif, il est prolongé de 7 jours.

Les contacts à risque des personnes porteuses du variant sud-africain ou brésilien doivent désormais réaliser un test PCR à « JO », c’est-à-dire dès le jour de son identification, « afin de démarrer sans délai les opérations de contact-tracing s’il est positif ». En cas de résultat positif, un test de criblage devra être réalisé. En cas de résultat négatif, la personne devra respecter une période de quarantaine de 7 jours depuis le dernier contact à risque et réaliser, sept jours plus tard, un nouveau test PCR.

Fermeture automatique de classes

Enfin, le protocole sanitaire dans les écoles est également renforcé. Désormais, une classe est automatiquement fermée si un enfant est contaminé par le variant sud-africain ou brésilien ou bien si un élève est « cas-contact d’un parent ou membre de la fratrie contaminé » par l’un des deux variants. Et l’ensemble des élèves et des professeurs devront être testés.

A lire aussi