Téléexpertise médicale : le dispositif est ouvert à tous les patients

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
nensuria

Jusqu’ici réservée aux médecins et à certains patients, la téléexpertise médicale est désormais ouverte à tous les professionnels de santé et à tous les assurés, quel que soit leur âge et leur pathologie.

Qu’est-ce que la téléexpertise ?

Cette forme de télémédecine permet à un professionnel de santé de solliciter à distance l’avis d’un confrère, en raison de sa formation ou de sa compétence particulière, pour obtenir son avis médical sur le cas d’un patient. Celui-ci n’est pas obligé d’être présent mais il doit avoir donné son accord, après avoir été informé des conditions de réalisation de la téléexpertise. Le but est de réduire le délai d’obtention d’un avis spécialisé et d’assurer une prise en charge plus rapide du patient en cas d'urgence.

Comment se déroule la téléexpertise ?

Concrètement, le professionnel de santé, appelé « requérant », contacte un de ses confrères, nommé « requis », via une messagerie sécurisée de santé afin de recueillir son avis sur une pathologie (l’analyse d’une lésion cutanée par exemple). A l’issue de la téléexpertise, l’expert rédige un compte-rendu, l’archive dans le dossier médical intégré dans Mon espace santé du patient, s’il est ouvert, et le transmet au médecin traitant et au professionnel de santé ayant sollicité la téléexpertise.

Quel médecin peut demander ou réaliser une téléexpertise ?

Jusqu’à présent, la téléexpertise était réservée aux échanges d’avis entre médecins généralistes et spécialistes. Depuis le 1er avril 2022, les professionnels de santé comme les pharmaciens, les kinésithérapeutes, les auxiliaires médicaux (infirmiers, diététiciens, etc.) ainsi que les orthophonistes depuis le 6 avril peuvent solliciter l’avis médical d’un médecin généraliste ou spécialiste. Les sages-femmes pourront aussi recourir à la téléexpertise à partir de septembre 2022.

Pour quels patients ?

Depuis le 1er avril, tous les patients peuvent bénéficier d’une téléexpertise. Auparavant, elle était réservée aux patients en affection de longue durée (ALD), atteints d’une maladie rare, résidant dans un désert médical, en Ehpad ou dans une structure médico-sociale et aux détenus.

Quels sont les tarifs et la prise en charge ?

La téléexpertise fait l’objet d’une facturation directe à l’Assurance maladie. Le médecin requérant (qui sollicite la télé-expertise) est rémunéré 10 euros et le médecin requis 20 euros.

La téléexpertise est facturée en tiers payant, prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Elle ne peut donner lieu à aucun dépassement d’honoraire et n’est pas cumulable avec un autre acte ou majoration.

Le patient retrouve trace de cet acte dans son décompte de remboursement sur son compte Ameli.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN