Tout savoir sur la carte Vitale dématérialisée, testée cet automne dans 10 départements

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© _laurent

De plus en plus de services publics et de démarches administratives se font par voie numérique : impôts, paiement d'amendes, demande d'allocations familiales, actualisation Pôle Emploi, etc. La Caisse Nationale d'Assurance Maladie emprunte aussi ce chemin de la digitalisation.

Depuis deux ans en effet, une expérimentation d'une carte Vitale dématérialisée se réalise à l'échelle du territoire national, dans certains départements. Dans cette expérimentation, le gouvernement avait travaillé avec deux Caisses d'assurance maladie : celles du Rhône et des Alpes-Maritimes, mais aussi deux caisses dépendant de la Mutualité sociale agricole (MSA) : MSA Ain-Rhône et MSA Provence-Azur.

La carte Vitale digitale, dans quels départements ?

À compter du 1er octobre 2021, l'expérimentation va être étendue à d'autres départements, en plus de ces départements « pilotes  ». Selon un décret, paru le 30 juillet au Journal officiel, dix caisses supplémentaires de l’Assurance maladie vont rejoindre cette dernière et pourront ainsi délivrer gratuitement une « e-carte d’assurance maladie à leurs assurés », et ce « à titre expérimental, jusqu’au 31 décembre 2022 », indique le texte du décret.

Si le dispositif s’avère concluant, une possible généralisation de cette carte Vitale digitale pourrait voir le jour en 2023 (au plus tôt). 

Voici la liste des dix caisses d'Assurance maladie qui rejoindront cette expérimentation, à partir du 1er octobre 2021, en complément des caisses d'Assurance maladie du Rhône et des Alpes-Maritimes : 

  • Saône-et-Loire ;
  • Seine-Maritime ;
  • Bas-Rhin ;
  • Nord ;
  • Gironde ;
  • Hérault ;
  • Loire-Atlantique ;
  • Sarthe ;
  • Puy-de-Dôme ;
  • Paris.

Comment fonctionne-t-elle ?

La carte Vitale digitale est disponible via une application mobile. Avant toute chose, il faut l'accord préalable de l'assuré pour participer à cette expérimentation. C'est l’Assurance maladie qui se charge de lui envoyer un courriel pour lui demander s’il souhaite participer au test. 

Une fois son accord obtenu, l'assuré peut télécharger et installer l’application sur son smartphone via Google Play ou l’Apple Store. Pour procéder à l'installation de l'application, il est nécessaire d'être en possession de sa carte Vitale physique et d’une pièce d’identité (passeport ou carte d’identité).

Il s'agit de prendre en photo ces documents pour pouvoir les entrer dans l'application. Une photo d'identité est aussi demandée (prendre un autoportrait avec son téléphone). Enfin, l'utilisateur doit créer un code secret à quatre chiffres, sollicité pour ouvrir l'application lors de son utilisation. 

Où et quand s'en servir ?

Une fois l'application installée avec tous les documents nécessaires enregistrés dedans, l'assuré peut utiliser sa carte Vitale digitale chez n'importe quel professionnel de santé qui participe à l'expérimentation : médecin généraliste, pharmacien, dentiste, opticien, etc.

Pour cela, il lui suffit d' ouvrir l’application grâce à son code secret. Puis, après avoir sélectionné le bouton : Flux, il doit simplement poser son smartphone sur le lecteur du professionnel. L'application permet d'accéder à toutes les informations liées à ses remboursements santé.

Il lui est également possible de donner droit à un autre utilisateur de l'application, pendant 30 jours, de bénéficier des usages de sa propre carte ou de ses ayants droit. Cela peut servir par exemple pour une nounou qui doit emmener des enfants chez le médecin.
 

Astuces

Pour le moment, cette carte Vitale dématérialisée ne remplace pas la carte Vitale physique actuelle, mais intervient en complément. Chez un professionnel de santé qui ne participe pas au test, on présente sa carte Vitale classique. 

Quid des données personnelles de la carte Vitale ?

C’est le Centre de traitement informatique de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) qui assure l’hébergement des données des assurés : photos, papiers d’identité enregistrés, etc.

Ces informations doivent permettre à la CNAM de lutter contre la fraude sociale, notamment la fraude à l'identité avec les cartes Vitale physiques les plus anciennes qui ne comportent aucune photo d'identité de l'assuré. 

A lire aussi