Rivières, fleuves, canaux : gare aux risques liés aux baignades sauvages !

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© master1305

Chaque été avec les vagues de chaleur, la tentation est grande d’aller piquer une tête. Mais il n’est pas possible d’aller se baigner n’importe où ! Hors espaces aménagés, les rivières, fleuves et canaux français ne sont pas faits pour la baignade, met en garde Voies navigables de France (VNF), qui vient de lancer, pour la troisième année, sa campagne nationale de prévention #CoulePasTonÉté.

« Chaque année, de nombreux accidents, souvent mortels, sont à déplorer dans les canaux et rivières de France », rappelle l’établissement public qui gère 6 700 kilomètres de fleuves, canaux et rivières. L’an dernier, 258 noyades accidentelles se sont produites dans des plans d’eau ou cours d’eau entre le 1er juin et le 31 août, selon Santé publique France. Parmi elles, 39 % ont été suivies de décès. Les premières victimes sont les jeunes âgés de 12 à 25 ans, qui sous-estiment les dangers et se laissent souvent entraîner par l’effet de groupe.

Pourquoi est-ce dangereux de se baigner dans une rivière ou un fleuve ?

Pourtant, dans les voies d’eau, la menace est multiple et souvent invisible.

Tout d’abord, « en dehors des sites aménagés, les risques de noyade sont réels, à cause de courants parfois très violents et insoupçonnés, de remontées sur berge parfois difficiles et d’une mauvaise visibilité sous l’eau qui rend le sauvetage d’un baigneur en immersion très difficile, voire impossible », explique Voies navigables de France.

Se baigner à proximité des écluses et des barrages est également très dangereux. En effet, ces ouvrages provoquent de nombreux mouvements d’eau qui peuvent entraîner un nageur, même confirmé, sous l’eau. « Chaque année, des personnes meurent aspirées et coincées dans le écluses », prévient VNF. A cela s’ajoute le risque de se faire heurter par les bateaux de commerce ou de plaisance.

De même, sauter depuis un pont est une activité très risquée. A proximité de ce type d’ouvrages, l’eau trouble peut cacher des objets dangereux mais invisibles depuis la surface, comme des blocs de béton, des pieux métalliques ou des rochers. Or, les canaux et rivières sont peu profonds et le risque de chute mortelle est bien réel.

Enfin, dans un contexte de forte chaleur, le risque d’hydrocution est « élevé à cause des variations importantes de température liées aux courants et aux changements de débit », ajoute VNF. Sans oublier le risque d’être contaminé par des bactéries ou maladies, comme la leptospirose, une maladie provoquée par l’urine des rats. En août 2019, trois jeunes avaient été contaminés, dont deux hospitalisés dans un état grave, après s’être baignés dans une rivière non contrôlée en Haute-Saône.

Où se baigner en toute sécurité ?

Pour découvrir les zones de baignade autorisées près de chez vous, vous pouvez consulter la carte sur le site Vnf.fr.

A lire aussi