Réforme des APL, retards de versements... Pourquoi ça grince à la CAF ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Riccardo Milani - HANS LUCAS

Ce mardi 29 juin, les salariés des Caisses d’allocations familiales (CAF) des quatre coins de la France sont appelés à la grève par les principaux syndicats dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation pour dénoncer la dégradations de leurs conditions de travail. 

Réforme des APL : les agents en première ligne

Au cœur de la gronde chez beaucoup de salariés mécontents : la refonte en début d’année des règles de calcul des aides personnalisées au logement (APL). 

D’une part car, au sein de la CAF, cette coupe parfois franche imposée à de nombreux allocataires français passe mal, très mal. « C’est la réforme de trop, confie une déléguée syndicale FO des Pyrénées-Orientales à nos confrères de L’Indépendant. Elle vise à faire des économies sur le dos des plus modestes et engendre pour certains des baisses d'allocations de plusieurs centaines d'euros d'un trimestre sur l'autre, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques pour certaines familles. »

Outre les injustices dénoncées par les syndicats, ceux-ci mettent également en avant les conséquences sur le travail au quotidien des employés de la CAF, notamment ceux de l’accueil qui, en première ligne, « prennent cette exaspération en pleine figure ». 

En vidéo : 2 minutes pour comprendre : Les allocations logement

Des bugs à répétition

Aux difficultés liées aux dernières réformes du gouvernement s’ajoutent l’impact jugé « chaotique » d’un nouveau logiciel mise en place au tout début de l’année 2021. « Ce nouveau logiciel, censé être très performant et automatiser la collecte de données et le montant des droits, ne remplit pas encore ses promesses. Les agents sont obligés de reprendre manuellement des opérations », explique-t-on ce mardi 29 juin dans les pages Loire-Atlantique du journal Ouest-France

« Nous avons ici 72 000 dossiers en retard. Pour résorber le problème, il faudrait fermer cinq jours et consacrer l’intégralité des forces à traiter ces dossiers », se désole un délégué CFDT qui soutient la grève dans le département. 

Manque de moyens humains

Enfin, les salariés en grève de la CAF profitent de cette journée nationale de mobilisation pour dénoncer le manque de moyens auquel ils sont confrontés tous les jours. 

En effet, beaucoup sont employés avec « des contrats précaires de type CDD », dénonce une autre responsable syndicat FO en Lot-et-Garonne dans les colonnes du quotidien local La Dépêche du Midi. « Nous avions des postes à rendre jusqu'à l'année prochaine dans le cadre d'une convention d'objectifs et de gestion. Avec les retraites non remplacées, nous ne parvenons plus à remplir nos missions », s’agace-t-elle. 

Pour porter toutes ces revendications, quelques dizaines de salariés de la CAF en grève ont manifesté ce mardi 29 juin devant les locaux du ministère de la Santé et des Solidarités à Paris.

A lire aussi