Produits ménagers : un tiers serait « potentiellement nocif » selon 60 Millions de consommateurs

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© AdamRadosavljevic

Alerte dans vos placards ! Dans une enquête publiée dans son numéro hors-série de décembre, 60 Millions de consommateurs met en garde contre les dangers pour la santé de certains produits d’entretien industriels.

Le magazine édité par l’Institut national de la consommation (INC) a analysé la composition de 119 produits ménagers dans 14 catégories, issus de 52 marques : distributeurs (Carrefour, Monoprix, etc.), grandes marques (Ajax, Carolin, Cillit Bang, etc.) ou nouveaux venus sur le marché (La Droguerie écologique, Rainett, You, etc.). Parmi les 119, plus de la moitié disposent d’un label environnemental (Ecolabel, Nature et Progrès, etc.) ou santé (Allergènes contrôlés 2 étoiles). 

Pour réaliser l’étude, les experts se sont basés sur l’étiquette des produits, les listes d’ingrédients publiés par les industriels sur leur site et les fiches de données de sécurité, qui indiquent la concentration des substances. Ils ont ensuite attribué à chaque référence un Ménag’Score – un système de notation mis au point en 2019 par les experts de l’INC – pour évaluer son impact sanitaire et environnemental sur une échelle de A à E.

Quels sont les produits déconseillés ?

Au total, 39 produits ont écopé d’un D ou d’un E et sont donc déconseillés parce qu’ils contiennent une quantité importante de substances irritantes ou allergisantes, voire très nocives pour la santé ou pour l’environnement. « Parmi les substances les plus problématiques, toutes catégories confondues, on trouve des molécules soupçonnées d’être cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR) ou fortement suspectées d’être des perturbateurs endocriniens », rapporte 60 Millions de consommateurs. Des conservateurs sensibilisants et polluants ont également été repérés.

Les lingettes sont les plus problématiques

Certaines familles de nettoyants contiennent davantage de substances problématiques. C’est notamment le cas des lingettes désinfectantes, multisurfaces ou pour WC, que le magazine déconseille fortement d’utiliser. 75 % des références testées ont été notées D ou E. Il en est de même pour les gels WC (58 % notés D ou E), les sprays désinfectants (58 % notés D) et les désodorisants (50 % notés D ou E).

« Ces produits ne vont pas forcément poser de problème à tous, les personnes allergiques par exemple vont y être plus sensibles », indique à l’AFP Sophie Coisne, rédactrice en chef du hors-série de 60 millions de consommateurs. « Il faut vraiment regarder la composition et ne pas se fier aux indications sur les paquets du type “élimine 99 % des bactéries“ ou “produits naturels“ », poursuit-elle.

Un A ou un B pour 53 % des produits analysés

Malgré ce constat, 53 % des nettoyants industriels passés en revue ont obtenu une bonne note, un A ou un B. Les nettoyants pour vitres ont ainsi tous été notés A ou B. Même chose pour les produits bruts (bicarbonate, cristaux de soude, vinaigre, etc.) ainsi que pour 9 sprays dégraissants sur 12.

Lorsque l’on regarde les produits par marque, les nettoyants des deux marques « vertes », Rainett et L’Arbre vert, sortent du lot. A l’inverse, ceux de marques de distributeurs ne se distinguent pas.

Pour aider les consommateurs à identifier les produits ménagers toxiques, le gouvernement a annoncé en mai dernier la création d’un Toxi-score courant 2022. Sur le modèle du Nutri-score, cette étiquette permettra de se renseigner en un coup d’œil sur la toxicité d’un produit.

A lire aussi