Produits ménagers : quels sont les plus efficaces et les moins toxiques ?

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© djedzura

Avec l’épidémie de Covid-19, les ventes de produits d’entretien grand public ont progressé de 7,5 % entre 2019 et 2020. Mais si les Français se sont mis à nettoyer et à désinfecter plus souvent qu’à l’accoutumée, trouver des nettoyants ménagers à la fois efficaces et peu nocifs pour la santé et l’environnement reste compliqué, tant les étiquettes sont peu lisibles. Pour aider les consommateurs à faire les bons choix, 60 Millions de consommateurs a, dans son numéro du mois de septembre, analysé en laboratoire 48 références très utilisées.

Les nettoyants, répartis en quatre catégories (12 multi-usages, 12 sprays cuisine, 12 sprays salle de bains et 12 gels WC) ont été évalués selon leur efficacité et leur Ménag’score, un système de notation mis au point en 2019 par les experts de l’association afin de mesurer l’impact sanitaire et environnemental d’un produit.

Privilégier les produits nettoyants seuls

Premier enseignement : les produits à la fois désinfectants et nettoyants sont à éviter. Parmi les 12 produits multi-usages, quatre affichent une allégation désinfectante ou antibactérienne. Mais si la présence de substances biocides peut sembler attractive, elle « est corrélée à de moins bonnes performances nettoyantes », indique l’étude. Sur les quatre références, seul le Carolin présente des performances de nettoyage correctes. Les trois autres ont la plus mauvaise note en nettoyage. Un résultat qui n’est pas étonnant. « La nature chimique des tensioactifs (dont dépend l’efficacité nettoyante) et des biocides (dont dépend l’activité désinfectante) peut les amener à interagir d’une façon qui limite leurs performances respectives », explique 60 Millions de consommateurs.

Pour obtenir un bon nettoyage, le magazine conseille donc de privilégier les produits nettoyants seuls, y compris en cette période d’épidémie. En mars 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) le rappelait déjà : les savons et détergents usuels suffisent pour nettoyer les surfaces potentiellement contaminées.

Aérer avant et après utilisation des sprays cuisine

Concernant les 12 sprays cuisine analysés, ils répondent bien à leur fonction première : dégraisser. Dans ce domaine, la plupart obtiennent de bons résultats. Mais côté qualité de l’air, tous émettent des composés organiques volatils (COV) : en moyenne 25 substances par produit. « Presque tous émettent du formaldéhyde (classé cancérogène avéré) et de l’acétaldéhyde (cancérogène suspecté), deux polluants hélas très courants dans l’air de nos habitations », note le magazine qui conseille de toujours bien aérer la pièce avant et après utilisation de ces sprays.

Pour la salle de bains, les 12 produits analysés font le grand écart. Parmi eux, le spray avec Javel Ultra brillance de La Croix et le spray nettoyant désinfectant formule protection de Sanytol sont à éviter. Ils ont obtenu les plus mauvaises notes, respectivement 5,5/20 et 2/20.

Concernant les gels WC, seul celui de L’Arbre vert Triple action romarin intense s’avère être à la fois bon détartrant et nettoyant. Les autres sont plutôt l’un ou l’autre. Quant à leur Ménag’score, si L’Arbre vert obtient un A, plus de la moitié des références testées affichent une note « déplorable ». Les gels WC sont d’ailleurs « plus polluants et plus toxiques que les autres produits des autres catégories, puisque huit d’entre eux obtiennent un D ou un E au Ménag’score », déplore le magazine.

Utiliser des produits écolos n’est pas moins efficace

Autre enseignement de l’étude, les produits écologiques ne sont pas moins efficaces que les autres. La plupart d’entre eux sont même très bien classés.

Au final, dans les quatre catégories, il existe des produits efficaces dont l’impact sanitaire et environnemental semble satisfaisant. Néanmoins, même si 60 Millions de consommateurs constate une amélioration dans la composition des produits par rapport à sa précédente enquête menée en 2019, il reste encore « beaucoup de chemin à faire ».

A lire aussi