Produits ménagers : bientôt un Toxi-score pour signaler leur toxicité ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© kasto80

Liquides vaisselle, nettoyants multi-usage, spray assainissants, lessives… Les produits ménagers font partie intégrante de notre quotidien, si bien qu’on les achète sans toujours prêter attention aux étiquettes. Pourtant, ils peuvent contenir des substances chimiques qui peuvent présenter des risques pour la santé : intoxication, allergies, brûlures, gêne respiratoire, etc. C’est pourquoi la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé, vendredi 7 mai sur Franceinfo, la mise en place d’un nouvel étiquetage pour signaler leur degré de nocivité à partir de 2022.

Un logo sur le modèle du Nutri-score

Baptisée Toxi-score, l’étiquette sera conçue sur le modèle du logo Nutri-score, affiché sur de plus en plus de produits alimentaires transformés et de boissons (sauf celles alcoolisées) et qui permet de connaître leur qualité nutritionnelle en un coup d’œil grâce à un système basé sur une échelle associant cinq couleurs (du vert foncé à l’orange foncé) et cinq lettres (de A à E).

« Aujourd'hui, les étiquettes des produits ménagers sont très complexes. On ne sait pas très bien comment s'en servir. Cela concerne tous les produits ménagers. Il faut qu'on sache au premier coup d'œil s'il faut prendre des précautions d'utilisation, par exemple mettre des gants ou bien aérer la pièce », a expliqué la ministre. « Ces produits ménagers peuvent contenir des solvants qui émettent des gaz parfois dangereux. Il y a certains produits qu’il ne faut surtout pas mélanger car le résultat peut être très dangereux comme l’eau de javel par exemple », a insisté Barbara Pompili.

L’affichage du Toxi-score ne sera pas obligatoire

Le Toxi-score sera élaboré au sein du Conseil national de la consommation, un organisme dépendant du ministère de l’Economie. Les données prises en compte pour son élaboration ne sont pas encore connues mais il s’agira d’intégrer des informations aussi bien sur les risques sanitaires pour l’utilisateur que sur les risques pour l’environnement. Dans un premier temps, l’affichage du Toxi-score sur les emballages des produits ménagers ne sera pas obligatoire.

L’idée d’un Toxi-score n’est pas nouvelle. Ce logo est notamment réclamé depuis plusieurs années par la Ligue contre le cancer ou encore par le magazine 60 Millions de consommateurs. En 2019, ce dernier avait appelé à la mise en place d’un Ménag’score pour identifier les produits ménagers toxiques. Dans une enquête, il démontrait que sur la centaine de produits ménagers testés, la majorité présentait des substances toxiques, irritantes et allergisantes et certains contenaient des perturbateurs endocriniens ou des ingrédients cancérogènes.

Mais il a fallu attendre décembre 2019 pour que le rapport de la mission d’information sur les perturbateurs endocriniens présents dans les contenants en plastiques alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques propose la création d’un Toxi-score. L’annonce de ce futur logo intervient dans le cadre de la publication du quatrième plan national santé environnement (PNSE), un dispositif élaboré tous les cinq ans avec le ministère de la Santé et destiné à mieux maîtriser les risques environnementaux auxquels les Français sont exposés.

A lire aussi