RSA, prime d'activité, ASS... Combien de Français perçoivent ces aides en pleine crise du Covid-19 ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Robert Knapp - iStock

Chaque mois, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publie un suivi des prestations de solidarité pendant la crise sanitaire. Les derniers résultats, dévoilés le 30 avril, montrent que la baisse du nombre d’allocataires du RSA (revenu de solidarité active) et de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), amorcée fin 2020, se poursuit début 2021.

Plus de 2 millions de Français au RSA

Après un an de crise sanitaire, « fin février 2021, 2,02 millions de foyers perçoivent le RSA, soit une augmentation de 4,8 % par rapport à février 2020 », souligne la Drees. C’est à la sortie du premier confinement, avec la détérioration de la situation économique, qu’elle a connu sa plus forte hausse, avec un maximum à 8,6 % en août 2020.

Mais elle décroît depuis décembre : on dénombre une baisse de 58 000 allocataires au total entre fin novembre et fin février. Quoi qu’il en soit, le niveau des effectifs reste quand même bien supérieur à celui d’avant la crise.

Le niveau d’avant crise pour l’ASS

Au contraire du RSA, on observe une baisse de 1,2 % du nombre de bénéficiaires de l’ASS entre fin janvier 2021 et fin janvier 2020. Après avoir fortement augmenté de 11,2 % entre le printemps et l’été, la baisse a été continue depuis octobre 2020, « sans doute grâce aux mesures de prolongation des droits à l’allocation chômage prises par le Gouvernement pendant le deuxième confinement », précise la DREES.

Prime d’activité et AHH en stagnation

Après avoir légèrement fluctué pendant un an, le nombre de foyers allocataires de la Prime d’activité n’a pas beaucoup évolué. Selon la CNAF, il « demeure largement inférieur à celui qu’il aurait été si la crise sanitaire n’avait pas eu lieu ».

Quant à l’allocation aux adultes handicapés (AAH), 1,19 millions de personnes en bénéficient, et leur nombre reste stable au fil des années.

En vidéo : 3 minutes pour comprendre : La prime d'activité

APL : l'impact de la réforme

En novembre dernier, le nombre d’allocataires d’une aide au logement (APL, APF et APS) avait atteint son plus haut (+2,5 %) sur la période 2017-2021. Depuis, elle ne cesse de baisser, et en particulier depuis janvier. Cela correspond notamment à la mise en place des aides au logement en temps réel, calculées sur les ressources des douze derniers mois et réévaluées chaque trimestre.

Les jeunes et les étudiants plus soutenus

Fin janvier 2021, 89600 jeunes bénéficiaient de la Garantie jeunes, qui s’adresse aux 16-26 ans en situation de précarité, sans emploi ni formation. Le nombre d’entrées dans le dispositif entre décembre 2020 et janvier 2021 est supérieur de 31 % à celui observé sur la même période douze mois auparavant.

De même, le nombre d’étudiants ayant bénéficié d’un repas à 1 euro en mars 21 est en hausse de +24 % par rapport à février 21, avec une progression nette du nombre d’étudiants non boursiers : +27 %. Et chaque bénéficiaire a reçu en mars neuf repas à 1 euro par mois en moyenne, contre sept en février.

Enfin, le nombre d’étudiants bénéficiaires d’une aide ponctuelle du Crous ne cesse d’augmenter : « En mars 2021, 11 700 étudiants ont bénéficié d’une aide spécifique ponctuelle attribuée par les services sociaux des Crous en cas de situation d’urgence ou de détresse avérée, contre 8 000 un an auparavant, soit une hausse de 47 %. Le montant total des aides attribuées s’élève à 4,9 millions d’euros (contre 2,9 millions en mars 2020), pour un montant mensuel moyen d’environ 420 euros par bénéficiaire », conclut la Drees.

A lire aussi