Pass sanitaire obligatoire : qui peut en être exempté ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Ridofranz

Après les lieux de culture et de loisirs, le pass sanitaire est étendu à partir de ce lundi 9 août à de nombreux lieux accueillant du public comme les restaurants, les trains et les avions pour les trajets de longue distance, les établissements de santé et certains grands centres commerciaux. Pour pouvoir entrer, il faut donc désormais être en mesure de présenter l’une des trois preuves sanitaires suivantes : un schéma vaccinal complet (sept jours après la dernière injection), un test négatif de moins de 72h ou un certificat de rétablissement attestant d’une précédente contamination au Covid-19. 

Certaines personnes pourront toutefois être exemptées de pass sanitaire. Il s’agit de celles pour lesquelles la vaccination contre le coronavirus est contre-indiquée. La liste de ces contre-indications médicales a été précisée dans un décret publié dimanche 8 août au Journal officiel.

Les cas de contre-indication à la vaccination

Sont concernées :

  • les personnes allergiques à un des composants des vaccins, « en particulier polyéthylène-glycols et par risque d'allergie croisée aux polysorbates ». L’allergie doit être documentée par l’avis d’un allergologue. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, ce cas de figure concernerait « à peu près dix personnes » en France.
  • les personnes qui ont fait une forte réaction allergique après l’injection d’une première dose de vaccin contre le Covid-19. Celle-ci doit avoir été établie par une « expertise allergologique ».
  • les personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire (maladie très rare du sang), une contre-indication commune auxdeux vaccins autorisés en France qui n'utilisent pas la technologie ARN messager, soit ceux d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson
  • les enfants ayant déclaré un syndrome inflammatoire multi systémique pédiatrique (PIMS) post-Covid-19.

Le décret mentionne également deux cas de contre-indication médicale temporaire faisant obstacle à la vaccination contre le Covid-19 :

  • les personnes traitées par anticorps monoclonaux contre le Covid-19 ;
  • et les personnes ayant subi des myocardites ou des péricardites avant une vaccination contre le coronavirus, si ces dernières sont « toujours évolutives ».

Une attestation de contre-indication médicale à la place du pass sanitaire

Pour éviter que ces personnes soient contraintes de multiplier les tests négatifs, un médecin pourra leur délivrer une attestation de contre-indication médicale qui pourra être présentée dans tous les lieux demandant un pass sanitaire.

A lire aussi