"Nous sommes en guerre" : Emmanuel Macron annonce des mesures strictes contre le coronavirus

Comme en Italie... ça ne va pas être la dolce vita à Paris. Dans son discours de ce jour, jeudi 16 mars à 20 heures, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures contre l'épidémie de Covid-19. Confinement général (sans prononcer le mot), report des élections municipales, suspension de la réforme des retraites, fermetures des frontières européennes, mobilisation de l'armée... voilà ce qui attend la France dès ce mardi. Explications. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
7mn de lecture
© Élysée

Le Conseil scientifique recommande un confinement général, "à l'italienne", alors que les supermarchés se vident et que les Parisiens s'échappent d'une région promise au confinement total. L'ambiance était posée pour l'allocution du président de la République, qui a annoncé de nouvelles mesures, quatre jours après sa précédente allocution et au lendemain de la publication d'un décret incitant au confinement. 

Des annonces qui donnent à la France des airs d'Italie, où l'on dénombrait plus de 2000 morts du fait du coronavirus ce matin et qui vit en confinement général depuis le 8 mars. Des annonces strictes mais encore à préciser : le président donne le cap, le gouvernement mettra en œuvre.

Voici ce qui va changer. 

Les élections municipales reportées

Après avoir justifié la tenue du premier tour des élections municipales, Emmanuel Macron a annoncé le report du second tour des élections municipales, en accord avec les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat et des chefs de partis. 

La date n'est pas à cette heure précisée par le président de la République. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a précisé par la suite que 5 000 communes environ doivent organiser un second tour. Un décret reportant ce second tour sera publié ce mercredi, tenant compte de la situation sanitaire exceptionnelle. Il se tiendra au plus tard au mois de juin. Le 21 juin a été souvent prononcé ce lundi mais l'évolution de l'épidémie participera de la décision.

"Nous sommes en guerre"- Emmanuel Macron

Le confinement (à demi-mot)

Le président de la République a dénoncé le comportement de certains établissements restés ouverts malgré l'arrêté d'interdiction du 15 mars, ainsi que celui de ceux qui ont pris l'incitation au confinement à la légère ce week-end. Il a appelé à la solidarité pour que chacun intègre la responsabilité qu'il a vis-à-vis de toute la communauté nationale. 

Les mesures de confinement sont renforcées. À compter de ce mardi 17 mars à midi, les déplacements seront réduits au minimum vital, pour au moins 15 jours

Sans prononcer le mot de confinement, le président de la République a annoncé des "déplacement très fortement réduits", précisant : "les réunions familiales, retrouver ses amis, c'est fini". Et cela pourrait durer. Les 15 jours annoncés pour la mesure restent un délai très provisoires.

Pas de contact, donc, au-delà du foyer :

"Seuls doivent demeurer les trajets nécessaires pour aller faire les courses, se soigner et travailler lorsque le travail à distance est impossible." 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé dans la forme l'esprit des annonces d'Emmanuel Macron : 

Christophe Castaner a lui aussi prononcé le mot de confinement, complétant les exceptions énoncées par Emmanuel Macron : un motif familial impérieux, comme la visite nécessaire d'un parent fragile ou celle de leur enfant, s'agissant les parents séparés. 

Des policiers et gendarmes pour contrôler vos déplacements

Il faudra vous faire un mot pour aller chercher le pain ! Les forces de l'ordre effectueront dès ce mardi des contrôles fixes et mobiles sur les axes principaux, comme secondaires. 100.000 policiers et gendarmes seront déployées dans la nuit. 

Tous les déplacements, y compris piétons, doivent être justifiés par un document attestant sur l'honneur son motif. Un formulaire à remplir est téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur. Si, comme deux tiers des Français, vous n'avez pas d'imprimante, vous pouvez rédiger cette déclaration sur l'honneur sur papier libre. À cette heure, il n'y a pas de dispositif numérique, par exemple en utilisant votre smartphone, qui soit annoncé. 

Toute violation à cette règle est passible d'une amende de 38 €. Ce montant pourrait être augmenté à 135 €. "Il ne s'agit pas de sanctionner mais de montrer un civisme collectif", a justifié Christophe Castaner, en appelant à la "responsabilité individuelle.  

Les frontières européennes fermées

Autre mesure annoncée par le président de la République, et concernant les déplacements à plus grand échelle : l'Europe ferme ses frontières. Les ressortissants français comme européens et britanniques actuellement en voyage pourront rentrer chez eux, mais personne ne pourra sortir de l'espace Schengen. Et personne d'autre ne pourra y entrer, à l'exception de personnels de santé.

Les déplacements transfrontaliers doivent quand à eux être réduits au strict minimum, a précisé ensuite Christophe Castaner. Ajoutant qu'un justificatif de domicile et un justificatif d'emploi autorisent à circuler. La circulation des marchandises se poursuit normalement. 

Entreprises : un plan jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale

Emmanuel Macron a rappelé que les entreprises doivent favoriser le travail à distance ou, lorsque c'est impossible, aménager le travail pour éviter les contacts.

Nous avons aussi entendu beaucoup plus. 

"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite".

 

Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures pour les entreprises

  • Un dispositif de report de charges sociale et fiscale "sans précédent" va être mis en place. 
  • L'État s'engage à garantir 300 milliards d'euros pour tous les prêts bancaires. 
  • Le dispositif de chômage partiel va être massivement élargi. 
  • Les factures d'eau, de gaz, ainsi que les loyer sont suspendus pour les entreprises. 

Les réformes sont toutes suspendues

Toutes les réformes en cours sont suspendues. Emmanuel Macron a cité la réforme des retraite, après que la réforme de l'assurance chômage avait déjà été annoncée reportée. 

Le gouvernement légiférera par ordonnances, sur le seul sujet de la crise sanitaire. Le pays est en pause. 

L'armée mobilisée

Pour venir en aide à un système de santé surchargé, les taxis et hôtels seront mobilisés pour soutenir logistiquement les personnels de santé. "L'État paiera", précise Emmanuel Macron. 

Face à la congestion des hôpitaux et services de santé, l'armée sera déployée. Cinq hôpitaux militaires ont déjà été mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Un hôpital de campagne militaire, ou plutôt "Élément militaire de réanimation" (EMR), va par exemple être établi dans les plus brefs délais en Alsace. 

Toujours au chapitre des soins, la réserve nationale de masques va être distribuée aux pharmacies, où médecins et infirmiers libéraux pourront les récupérer dès ce mardi soir dans les 25 départements les plus touchés, et mercredi sur l'ensemble du territoire. 

Le Président a également appelé à faire attention aux fausses informations qui circulent par messageries (SMS, WhatsApp, etc.) et sur les réseaux sociaux, et à respecter les gestes barrière

Les modalités d'application des mesures annoncées par le président de la République seront précisées par le gouvernement dans les prochaines heures. 

df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :