Masques gratuits : qui peut en recevoir ?

Le gouvernement va distribuer 40 millions de masques en tissu grand public à 7 millions de Français qui sont au niveau du seuil de pauvreté. Certains publics peuvent déjà en recevoir gratuitement. On fait le point.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© klebercordeiro

« La France ne laissera pas des personnes dans l'impossibilité de s'équiper en masques », a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, mercredi sur France 2 alors que leur coût est pointé du doigt par des associations et l’opposition.

L’obligation de porter un masque dans les lieux publics clos depuis lundi, sous peine d’une amende de 135 euros, représente un budget conséquent pour les plus précaires. Même si le gouvernement a plafonné le prix du masque chirurgical à 95 centimes d’euros, son usage quotidien dans le respect des normes sanitaires peut s’avérer très coûteux. Selon l’association Familles de France, une famille avec trois enfants doit débourser 285 euros par mois pour s’équiper en masques jetables à 0,95 euro l’unité. Pour des masques en tissu à 3 euros  lavables une vingtaine de fois, le budget est de 90 euros par mois.

Si le gouvernement n’a pas l’intention de rendre les masques gratuits pour tous, certaines catégories de personnes vont (ou peuvent déjà) en recevoir gratuitement.

40 millions de masques envoyés aux 7 millions de Français les plus modestes

« Nous allons envoyer 40 millions de masques grand public lavables, utilisables 30 fois,de manière à fournir 7 millions de Français qui sont au niveau du seuil de pauvreté, bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire, de manière à ne leur demander aucune démarche », a déclaré le ministre de la Santé sur France 2. « Un contrat sera passé avec La Poste pour adresser ces masques directement aux personnes concernées », a-t-il précisé.

La complémentaire santé solidaire remplace depuis novembre 2019 la couverture-maladie universelle complémentaire (CMU-C) et l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS). Cette aide pour payer les dépenses de santé est réservée aux personnes bénéficiaires de l'assurance-maladie dont les ressources sont légèrement en dessous du seuil de pauvreté  et inférieures à un certain seuil fixé selon la composition du foyer.

Plafond de ressources applicable au 1er novembre 2019 en métropole

Nombre de personnes composant le foyer

Plafond annuel pour une Complémentaire santé solidaire sans participation financière

Plafond annuel pour une Complémentaire santé solidaire avec une participation financière

1 personne

8 951 €

12 084 €

2 personnes

13 426 €

18 126 €

3 personnes

16 112 €

21 751 €

4 personnes

18 797 €

25 376 €

Plus de 4 personnes

+ 3 580,38 € par personne supplémentaire

+ 4 833,52 € par personne supplémentaire

Toutes les sommes perçues dans le foyer sont prises en compte sans exception : salaires, allocations, pensions de retraite, pensions alimentaires, gains au jeux (PMU, Loto…). Certaines allocations (liées à la dépendance et la prime d'activité, par exemple) ne sont pas prise en compte.

Fin février, la complémentaire santé solidaire comptait 6,93 millions de bénéficiaires.

2 millions de masques remboursés pour les plus fragiles

Olivier Véran a également annoncé que l’assurance maladie remboursera à 100 % les masques chirurgicaux, sur prescription, pour 2 millions de Français qui sont porteurs de vulnérabilité. Cette mesure fait suite à un avis rendu le 30 juin dernier par la Haute autorité de santé (HAS). La commission d’évaluation des dispositifs médicaux a recommandé que le masque chirurgical Assanis, fabriqué par le laboratoire Majorelle, soit pris en charge pour les patients atteints de Covid-19 et ceux à haut risque de développer une forme grave d’infection au coronavirus.

Depuis le 11 mai, les pharmacies peuvent déjà délivrer gratuitement, sur prescription médicale, 14 masques chirurgicaux du stock d’Etat aux personnes testées positives au Covid-19 et à leurs "contacts". Les personnes jugées "à très haut risque médical", comme par exemple les personnes immunodéprimées, ont pour leur part droit à 10 masques chirurgicaux par semaine.  L’avis du 20 avril 2020 du Haut Conseil de la Santé Publique rappelle la liste des personnes à risque de développer une forme grave de la Covid-19.

Les professionnels de santé

Les professionnels de santé libéraux peuvent également retirer des masques dans les pharmacies. Chaque semaine, les médecins, dentistes et infirmiers ont droit à 24 masques chirurgicaux ; les pharmaciens, kinés, sages-femmes à 18 ; et les audioprothésistes, diététiciens, opticiens, ergothérapeutes, orthophonistes, orthoptistes, pédicures-podologues, psychologues, psychomotriciens et orthoprothésistes et podo-orthésistes à 12.

Les salariés de l'aide à domicile peuvent eux obtenir 15 masques par semaine et les accueillants familiaux 3 masques par semaine par personne accueillie.

Les 500 000 lycéens franciliens

De son côté, la région Ile-de-France va distribuer à la rentrée des masques lavables en tissu à ses 500 000 lycéens.  « Ça fait un gros budget pour les familles de devoir acheter des masques tous les jours (…), c’est pour ça que la région Ile-de-France va assurer la gratuité des masques pour toutes les associations caritatives qui sont partenaires de la région », a expliqué la présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, mercredi sur France 2. Deux masques en tissu seront distribués à chaque lycéen, soit un million de masques au total.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :