Masque obligatoire à Marseille et fermeture des bars et restaurants à 23h dans le 13

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Leonid Andronov

Ce sera masque obligatoire partout, dans toute la ville de Marseille, à partir de 11 ans et fermeture des bars et restaurants de 23h à 6h, dans tout le département des Bouches-du-Rhône, dès ce mercredi 26 août. Ainsi en a décidé le préfet de région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. 

Un double rappel à l'ordre en cette fin de période estivale dans cette région touristique, alors que l'épidémie reprend sur l'ensemble du territoire national et particulièrement dans les Bouches-du-Rhône et à Paris. 

Une forte accélération de l'épidémie de coronavirus

Ce coup dur pour les commerçants du département est justifié par la forte accélération de l'épidémie dans le département, avec un taux d'incidence de 177 cas pour 100 000 habitants à Marseille et 131 pour l'ensemble du département, précise la préfecture de région. Le seuil d'alerte, qui se situe à 50 cas, est largement dépassé.  

Ce mardi, la région Paca comptait 27 320 personnes testées positives au Covid-19, depuis le début de l'épidémie. 

Une décision presque attendue depuis 11 jours

Depuis le vendredi 14 août, le département des Bouches-du-Rhône est classé en zone active de circulation du Covid-19. Cela donnait depuis lors le droit au préfet de fermer les restaurants, les bars, les salles de spectacles et les marchés, ainsi que de limiter le nombre de personnes présentes lors des rassemblements (notamment religieux). Une alerte qui a donc été suivi d'actes. 

Une autre zone française est également sous la même menace, il s'agit de la ville de Paris, où les mesures n'ont, pour l'heure, pas été prises. 

 

A lire aussi