Mariages, réunions familiales… faut-il les interdire ?

CORONAVIRUS - Dans une tribune, six médecins appellent les Français à limiter les rassemblements privés pour limiter la diffusion du Covid-19. A l’étranger, plusieurs pays ont déjà décidé de durcir les règles concernant les réunions dans les lieux privés.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© SeventyFour

Alors que la barre des 10 000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures a été franchie samedi 12 septembre, six médecins et professeurs appellent les Français à limiter les rassemblements privés et à se montrer plus vigilants dans une tribune publiée le 13 septembre dans Le Journal du dimanche.

« Le virus circule de plus en plus vite. […] Nous sommes à une nouvelle étape de l'épidémie : celle de sa diffusion. Nous perdons petit à petit la trace des nouvelles contaminations. Il reste probablement peu de temps pour agir collectivement », avertissent les signataires, parmi lesquels figurent Jimmy Mohamed, médecin généraliste parisien, Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur de la Fondation Alzheimer, Anne-Claude Crémieux, infectiologue à l’hôpital Raymond Poincaré, Axel Kahn, généticien, président de la Ligue contre le cancer ou encore Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Réduire le nombre de personnes ou reporter les rassemblements privés dans les lieux clos

« Après la joie des retrouvailles de l'été, il est temps de faire attention dans le milieu privé. Des contaminations ont lieu lors de réunions de famille ou d'amis. Nous comprenons qu'après une semaine difficile, vous ayez envie de profiter de vos proches le week-end. C'est malheureusement dans ces situations que vous risquez soit de contracter le virus, soit de le diffuser, car une des caractéristiques déroutantes du Sars-CoV-2 est la part importante des personnes asymptomatiques et contagieuses », poursuivent les auteurs de la tribune.

Aussi, les médecins appellent à signer la fin de la récréation et à éviter, autant que possible, les rassemblements privés. « Plus une pièce est petite, plus elle contient de monde, moins elle est aérée, et plus vous augmentez les risques. Réduisez le nombre de personnes présentes dans le cadre privé. Si possible, reportez toute réunion », insistent-ils. Mais si elle doit se tenir, il faut respecter les gestes barrières : porter un masque, avoir du gel hydroalcoolique à disposition et respecter la distanciation sociale d’au moins un mètre.

De son côté, le président de la région PACA, Renaud Muselier, demande à interdire les fêtes de mariage. « Vous vous mariez, mais vous ne faites pas la fête derrière, vous attendez. Parce que vous vous embrassez tout le temps dans lesmariages », a-t-il déclaré le 13 septembre sur RTL, dans Le Grand Jury.« Et pour les enterrements, il faut à nouveau limiter à 20personnes », a-t-il ajouté. 

26 % des clusters surviennent lors de rassemblements publics ou privés

Au mois d’août déjà, le Premier ministre Jean Castex demandait aux Français d’éviter autant que possible les fêtes familiales. Mais pour l’heure, le gouvernement n’a pas annoncé de limitations des rassemblements privés. Pourtant, si les entreprises privées et publiques sont la première collectivité où surviennent les clusters en France, avec 29 % des 1 583 signalés entre le 9 mai et le 7 septembre, les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes (15 %) et les milieu familial élargi (11 %) arrivent juste derrière, d’après le dernier bilan épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France publié le 10 septembre.

Des limitations des rassemblements dans plusieurs pays

A l’étranger, plusieurs pays ont déjà décidé de limiter les rassemblements privés. Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe depuis le début de la crise sanitaire, les  Britanniques ne peuvent plus, depuis ce lundi 14 septembre, se rassembler à plus de six personnes, contre 30 auparavant, en public comme dans la sphère privée. En Espagne, les rassemblements familiaux de plus de 10 personnes ont été interdits. En Allemagne, il n’est plus possible de se réunir à plus de 50 personnes jusqu’à la fin de l’année.

Israël a même annoncé un reconfinement national de trois semaines à partir de vendredi 18 septembre, veille du Nouvel An juif, pour tenter de juguler une seconde vague de contamination. En France, l’exécutif persiste à refuser une « logique de confinement généralisé » et en appelle au « sens des responsabilités de chacune et de chacun » et à un « civisme exigeant ».

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :