L’obligation du port du masque va-t-elle disparaître ?

4 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Plage, station balnéaire, Collioure, famille
© Aline Morcillo/Hans Lucas via Reuters Connect

L’un des symboles de la crise sanitaire, le port du masque dans de nombreux lieux publics, va-t-il disparaître avec le reflux de l’épidémie de Covid-19 et l’essor de la campagne de la vaccination ? « Si vous êtes entièrement vacciné, vous n’avez plus besoin de porter un masque », a annoncé jeudi 13 mai le président américain Joe Biden, dans un bref discours aux accents joyeux.

Le dirigeant s’appuie sur les recommandations des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, excluant désormais le port du masque à l’extérieur et dans de nombreux lieux intérieurs. Joe Biden a observé que les personnes vaccinées ont « gagné le droit de faire une chose pour laquelle les Américains sont connus partout dans le monde : saluer les autres avec un sourire ».

Moins réputés dans ce domaine, les Français vont-ils bientôt pouvoir être exonérés de l’obligation du port du masque ? Interrogé le 4 mai sur Europe 1, Olivier Véran s’est refusé à donner une date de fin de cette règle : « ce ne serait pas honnête », a justifié le ministre des Solidarités et de la santé. « J’espère que ce sera cet été, j’espère sincèrement que ce sera cet été », a-t-il précisé.

« Ce que nous savons assurément, c’est que la vaccination protège des formes graves. Ce que nous pensons très fortement [...], c’est que la vaccination protège bien du risque de contamination et donc de diffusion du virus et donc du risque d’épidémie. Ainsi, ça veut dire que quand vous avez suffisamment de Français qui seraient vaccinés, nous pourrions alors baisser la garde », a expliqué Olivier Véran.

Pour le maire de Mazamet (Tarn), l’obligation de port du masque doit être supprimée dans son département, « en extérieur dans un premier temps » pour les personnes vaccinées. Olivier Fabre a fait cette demande dans une lettre adressée le 14 mai à la préfète du Tarn, Catherine Ferrier, et relayée sur le compte Twitter de l’élu.

« Aujourd’hui, on a quand même pas mal de recul sur le fait qu’il y a peu de contaminations en extérieur et qu’a fortiori, quand on est vacciné, on réduit de quasiment 80 % son risque d'être contaminé et de contaminer les autres », a argué le lendemain l’élu sur Europe 1. « Il me semblerait logique de pouvoir exonérer ceux qui ont eu leurs deux injections du port du masque en extérieur », estime Olivier Fabre.

Une règle assouplie dans les Alpes-Maritimes

Le préfet d’un département touristique, les Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, a, par un arrêté du 3 mai, assoupli la règle du port du masque. Cette obligation est levée « dans les espaces verts urbains (parcs, jardins et espaces aménagés en bord de cours d’eau) et du littoral (plages) et aux bords de plan d’eau (étangs, lacs et pièces d’eau des bases de loisirs) », selon un courrier du haut fonctionnaire, cité par France 3 Côte d’Azur

Dans le premier considérant de son arrêté, publié sur le site de la préfecture, Bernard Gonzalez rappelle que « le taux d’incidence constaté le 30 avril 2021 dans les Alpes-Maritimes s’élève à 157 pour 100 000 habitants ».

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a préconisé le maintien de l’obligation du port du masque pour les personnes vaccinées dans les« collectivités et milieux extérieurs ouverts », au travers d’un avis du 11 avril, publié le 25.

S’agissant d’« un cadre privé familial ou amical en milieu intérieur fermé », le HCSP recommande « que toutes les personnes réunies puissent ne pas porter de masque si elles ont toutes bénéficié d’un schéma vaccinal complet et à condition de respecter les autres mesures barrières : hygiène des mains, distance interindividuelle, aération et limitation à six du nombre de personnes ». Dans l’hypothèse où une personne« présente un facteur de risque de forme grave », il faut mettre le masque, d’après le Haut conseil de la santé publique.

Une amende de 135 € pour les contrevenants

Le port du masque est obligatoire :

  • dans les lieux publics fermés comme les boutiques et les administrations ;
  • dans de nombreux endroits situés dehors, si le préfet ou le maire l’a décidé ;
  • sur les lieux de travail, sauf exceptions.

Les personnes qui ne portent pas le masque au mépris de l’obligation fixée commettent une contravention de 4e classe. Ils s’exposent à une amende forfaitaire de 135 €.

En Allemagne, le couvre-feu ne s’applique pas aux personnes vaccinées

Outre-Rhin, le Parlement fédéral a adopté un décret supprimant, à compter du week-end du 8 mai, certaines restrictions de circulation pour les personnes entièrement vaccinées, notamment la possibilité de sortir librement durant le couvre-feu. Toutes les formations politiques ont apporté un vote favorable, à l’exception de l’extrême droite, rapporte Libération.

A lire aussi