Lieux concernés, amendes… Ce qu’il faut savoir sur l’obligation de porter un masque

Depuis ce lundi 20 juillet, toute personne âgée de 11 ans et plus doit porter un masque dans les lieux publics clos. En cas de non-respect de cette obligation, vous vous exposez à une amende de 135 euros.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© Hispanolistic

Alors que les signaux d’une légère reprise de l’épidémie de Covid-19 se multiplient en France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a officialisé, samedi 18 juillet, sur Twitter l’obligation du port du masque dans les lieux publics clos à partir de ce lundi 20 juillet pour toute personne âgée d’au moins de 11 ans. Initialement prévue pour le 1er août, la date d’entrée en vigueur a été avancée face aux critiques de médecins.

Quels sont les lieux concernés ?

La Direction générale de la santé (DGS) a détaillé dimanche dans quels lieux cette obligation s’appliquerait. A partir de ce lundi, les « magasins de vente, centres commerciaux, administrations, banques et marchés couverts » s’ajoutent à la liste des lieux où le port du masque était déjà prévu, avec parfois des règles spécifiques :

  • les salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple, y compris les salles de spectacle et les cinémas ;
  • les restaurants et débits de boissons ;
  • les hôtels et pensions de famille ;
  • les salles de jeux ;
  • les établissements d'éveil, d'enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement ;
  • les bibliothèques, centres de documentation ;
  • les établissements de culte ;
  • les établissements sportifs couverts ;
  • les musées ;
  • les établissements de plein air ;
  • les chapiteaux, tentes et structures ;
  • les hôtels-restaurants d'altitude ;
  • les établissements flottants ;
  • les refuges de montagne ;
  • les gares routières et maritimes ainsi que les aéroports.
     

Le décret imposant cette nouvelle règle devrait être publié en début de semaine. Dans les autres catégories d’établissements, il peut, comme aujourd’hui, être rendu obligatoire par l’exploitant.

Qu’en est-il dans les entreprises ?

Les entreprises n’accueillant que leurs salariés ne sont pas considérées comme des établissements recevant du public et ne sont donc pas concernées par la mesure. Elles doivent gérer « au cas par cas, en fonction des situations », a expliqué la semaine dernière le Premier ministre Jean Castex dans Le Parisien. Depuis la sortie du confinement, de nombreuses normes sanitaires et mesures de restrictions ont été mises en place et sont répertoriéesdans le protocole national de déconfinement pour les entreprises dont les dispositions sont explicitées sur le site du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Les entreprises doivent notamment imposer le port du masque lors des réunions ou si les mesures de distanciation sociale ne peuvent être respectées. En cas de rebond effectif de l’épidémie, le gouvernement pourrait faire de nouvelles recommandations pour garantir la santé et la sécurité des salariés.

Quelle sanction contre les récalcitrants ?

En cas de contrôle, le non-respect de la mesure pourra être sanctionné par une amende forfaitaire de 135 €, soit une contravention de 4e classe, comme c’est déjà le cas dans les transports en commun.Des contrôles inopinés seront réalisés pour s'assurer que la règle est appliquée.

Dans le département de Mayenne, qui impose le port du masque dans les lieux clos recevant du public depuis vendredi, les contrevenants s’exposent à une amende de 1 500 € en cas de récidive dans les 15 jours et à six mois de prison et 3 750 € d’amende en cas de violation « à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours ».

Le prix des masques chirurgicaux va-t-il évoluer ?

Non, le prix de vente au détail des masques chirurgicaux restera fixé à 95 centimes d’euros maximum toutes taxes comprises jusqu’au 10 janvier 2021, selon un décret publié le 10 juillet au Journal officiel.

Une distribution de masques est-elle prévue ?

Oui, le gouvernement prévoit de distribuer des masques grand public aux personnes qui bénéficient de l’Aide médicale d’Etat ou de la complémentaire santé solidaire ainsi qu’aux associations d’aide aux plus vulnérables.

Comment bien porter le masque ?

Avant de mettre ou d’enlever un masque en tissu ou chirurgical, lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon ou une solution hydro-alcoolique. Pour le mettre, tenez-le par les lanières élastiques et ajustez-le de manière à recouvrir le nez, la bouche et le menton. Une fois installé, vous ne devez plus y toucher. Ne le mettez jamais en position d’attente sur le front ou sur le menton. Si vous l’avez touché, désinfectez vos mains. Pour l’enlever, décrochez les lanières élastiques pour décoller le masque de votre visage.

Attention, un masque ne remplace pas les gestes barrières (se laver les mains, tousser dans son coude, utiliser un mouchoir à usage unique, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades) et la distance sociale d’au moins un mètre qui doivent toujours être respectés.

Bon à savoir :

Un masque ne doit pas être porté plus de quatre heures et doit être lavé après chaque utilisation à 60° pendant 30 minutes en machine, s’il s’agit d’un masque en tissu.

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :