Les vaccins sont-ils efficaces contre le variant Delta ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
File d'attente, personnes, vaccinodrome, vaccination
© legna69

La vaccination a un effet protecteur contre le Covid-19. Trois quarts des nouveaux cas positifs au Covid-19 détectés par test PCR entre le 28 juin et le 4 juillet, concernent des personnes non vaccinées, évalue la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) dans une note parue jeudi 15 juillet.

Parmi tous les tests positifs, seuls 6 % « concernent des personnes complètement vaccinées, alors qu’à la même date 32 % de l’ensemble de la population française est complètement vaccinée », explique la Drees.

« En se restreignant aux seuls patients s’étant déclarés symptomatiques, la part des personnes vaccinées complètement parmi les tests prélevés positifs se réduit à 4 % », ajoute cette administration sous la tutelle de différents ministères (Solidarités et santé, Travail, emploi et insertion, Economie, finances et relance).

La vaccination, utile contre le variant Delta

La note montre une certaine efficacité de la vaccination contre le variant Delta, détecté en Inde en octobre 2020 et dont les scientifiques craignent de le voir contribuer à l’émergence d’une quatrième vague en France. La Drees ont tenté de déterminer la part de tests positifs permettant d’identifier « la mutation L452R », indice du variant Delta. Le résultat est favorable à la vaccination. « Les effectifs de mutations ciblées L452R s’élèvent à environ 380 par jour en moyenne » sur la période étudiée. Quelque 30 patients « ont été identifiés comme porteurs d’un variant où la mutation L452R est détectée, conduisant à une part des vaccinés parmi les L452R de 5,5 % ».

« Au final, compte tenu de la faiblesse des effectifs concernés, l’effet protecteur de la vaccination vis-à-vis de l’infection ne semble pas significativement différent pour cette mutation particulière », selon la note.

La Drees admet un « biais » dans « la comparaison du taux de positivité ayant reçu une vaccination aux autres : « la part des personnes ayant reçu au moins une dose de vaccins dans l’ensemble des tests est de 35 % (respectivement 19 % pour les complètement vaccinées) du 28 juin au 4 juillet », alors même qu’elles « représentent 51 % de la population (respectivement 32 %) ».

D’après le document, « il n’est pas possible d’estimer précisément l’efficacité vaccinale via de simples statistiques descriptives ». La Drees juge plus pertinent de considérer « les estimations d’efficacité vaccinales produites par Santé publique France ». La publication de sa note peut déjà contribuer à vaincre des réticences à se faire vacciner.

A lire aussi