Les consultations chez un psychologue bientôt remboursées par la Sécurité sociale

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© sam thomas - iStock

C'est une petite révolution que vient d'annoncer Emmanuel Macron, ce mardi 28 septembre, lors d'un discours prononcé aux Assises de la santé mentale et de la psychiatrie. 

Le président de la République a répondu à une attente forte des professionnels de la santé mentale en officialisant la possibilité de se voir rembourser ses consultations chez un psychologue, et ce dès l'âge de 3 ans. 

Un remboursement de 30 € par séance

Dans le détail, la consultation chez un psychologue sera éligible au remboursement par la Sécurité sociale à hauteur de 40 € pour la première séance, puis 30 € pour les suivantes. Ces consultations devront faire l'objet d'une prescription médicale. Ces remboursements étaient actuellement testés dans quatre départements pilotes. 

Une décision prise « alors que la pandémie a révélé l'importance du sujet de la santé mentale », a explicité le chef de l'État en clôture de ces Assises organisées par le ministère de la Santé. 

Aucune date n'a pour l'heure été révélée concernant l'entrée en vigueur de cette mesure. Pour rappel, depuis plusieurs mois, plusieurs dispositifs avaient été mis en place pour permettre aux mineurs et aux étudiants de bénéficier de consultations gratuites avec un psychologues en pleine crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19. 

800 postes crées dans le domaine de la santé mentale

Autre annonce d'Emmanuel Macron, la création de 800 nouveaux postes au sein des centres médico-psychologiques dès l'année prochaine. « Dans les territoires qui sont le plus en tension », ces délais d’attente sont actuellement « supérieurs à dix-huit mois, pendant lesquels évidemment la santé des personnes souffrantes se dégrade », a notamment expliqué le président.

A lire aussi