Covid-19 : vers une obligation d'être vacciné en France ?

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Foremniakowski - iStock

Lors de leur déplacement à Mont-de-Marsan, où la progression du variant Delta est inquiétante puisqu’il représente 70 % des nouveaux cas, le Premier ministre et le ministre de la Santé ont nettement haussé le ton. Olivier Véran a constaté, indigné : « Dans un Ehpad des Landes, 6 soignants sont contaminés au variant Delta, dont 5 non vaccinés ! Et 23 personnes âgées, pourtant vaccinées, l’ont attrapé. Car, en raison de leur grand âge, elles ont un risque plus important de tomber malade. Trois sont hospitalisées ».

Rétifs à la vaccination, les soignants sur la sellette

En novembre dernier, le président de la République Emmanuel Macron avait écarté l’éventualité de rendre le vaccin obligatoire, préférant privilégier le dialogue et le « travail de conviction par la transparence ». Mais, constatant que le taux de couverture de vaccination chez les soignants est parfois plus faible que chez la population générale, notamment dans les maisons de retraite, Jean Castex a lancé un appel solennel : « Il est impératif que les personnels des Ehpad soient tous vaccinés, on va dire d'ici à la fin du mois d'août ». Olivier Véran a également menacé : « Je souhaite qu'au cours de l'été, nous fassions fortement grandir la couverture vaccinale de nos soignants, sans quoi, je le redis, vraisemblablement en septembre, je pourrais être amené à proposer une vaccination obligatoire pour les soignants qui ne le seraient pas ».

Onze vaccins sont déjà obligatoires dès la naissance

Dans la population générale, rappelons que depuis le 1er janvier 2018, ce sont désormais 11 vaccins qui sont obligatoires pour les enfants : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, Haemophilus influenzae b, hépatite B, pneumocoques, ménincoques C, rougeole, oreillons et rubéole. Quant au vaccin contre le Covid, s’il n’est donc pas officiellement obligatoire pour la population générale, il tend à le devenir dès lors que l’on veut, par exemple voyager à l’étranger sans test ni quarantaine : Croatie, Madère, Islande, Grèce…

L’obligation vaccinale professionnelle : pas une nouveauté !

Quoi qu’il en soit, l’obligation vaccinale pour certaines professions existe depuis longtemps et n’est guère remise en question. Par exemple, les professionnels (et les étudiants) des métiers de la santé, de secours, de la petite enfance et des personnes âgées doivent déjà obligatoirement être vaccinées contre le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, la tuberculose et l’hépatite B. Le personnel des laboratoires d’analyses de biologie médicale doit, lui, être vacciné contre la typhoïde, et celui travaillant dans les services funéraires contre l’hépatite B…

De plus en plus de gouvernements l’imposent

Selon Olivier Véran, les mauvais chiffres de la vaccination des soignants sont aussi observables en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. Certains gouvernements ont donc déjà tranché : en Italie, soignants et pharmaciens doivent être vaccinés sous peine de perdre leur emploi. A Moscou, c’est désormais le cas pour tous les employés du secteur des services.

Au Brésil, la Cour suprême n’a pas rendu obligatoire la vaccination mais permet de sanctionner ceux qui la refusent. L’Angleterre l’a rendue obligatoire pour les employés de maisons de retraite, et l’envisage sérieusement pour tous les soignants, et les Etats-Unis pour ses soldats. Et certains employeurs, universités et collèges américains l’exigent de leurs salariés et de leurs étudiants.

Ainsi, à Houston, au sein de l’Hôpital méthodiste, les employés avaient jusqu’au 7 juin pour être vaccinés sous peine d’être suspendus 15 jours. Il semble donc qu’en France, pour les soignants en tout cas, cela ne soit plus qu’une affaire de semaines…

A lire aussi