Démographie : la natalité et l’espérance de vie françaises ont rebondi en 2021

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Bébé, nouveau-né, main de sa mère
© damircudic

La natalité est repartie à la hausse. « En 2021, 738 000 bébés sont nés en France », ce qui représente « 3 000 naissances de plus qu’en 2020 », évalue l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans une enquête publiée mardi 18 janvier.

L’épidémie de Covid-19 et ses restrictions ont produit un impact sur la natalité. « Le nombre de naissances avait chuté neuf mois après le confinement du printemps 2020 : entre le 15 décembre 2020 et le 15 février 2021, il est né 10 % de bébés de moins qu’à la même période un an auparavant », calcule l’Insee dans son « Bilan démographique ». « Le contexte de crise sanitaire et de forte incertitude économique a pu décourager les couples de procréer au printemps 2020 et les inciter à reporter leurs projets de parentalité », analyse l’auteur, qui explique également cette baisse par la crainte « de complications pendant la grossesse » et par la fermeture des « centres de procréation médicalement assistée » durant « le premier confinement ».

Le nombre de naissances a rebondi « en mars et avril 2021 », puis marqué une « forte remontée depuis l’été », ce qui a « permis de rattraper le niveau des naissances de l’année 2020, en le dépassant même légèrement ». Le nombre de naissances avait atteint 735 200 en 2020 et 753 400 l’année précédente.

Légère augmentation du nombre d’enfant par femme

L’indicateur conjoncturel de fécondité s’élève à 1,83 enfant par femme, après 1,82 en 2020. Cet indicateur avait reculé « chaque année entre 2015 et 2020 »

L’Insee le définit comme « la somme des taux de fécondité par âge observés une année donnée ».

Consultez le guide pratique "Je deviens parent"
Consultez le guide pratique "Je deviens parent"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Progression de l’espérance de vie

    L’espérance de vie à la naissance a progressé. Au titre de l’année 2021, elle se situe à 85,4 ans pour les femmes et à 79,3 ans pour les hommes, soit respectivement un gain de 0,3 an et de 0,2 an par rapport à 2020. En raison de la forte baisse intervenue en 2020, à hauteur de 0,5 an pour les femmes et de 0,6 an pour les hommes, « l’espérance de vie ne retrouve cependant pas son niveau d’avant la pandémie » de Covid-19. Elle atteignait 85,6 ans pour les femmes et 79,7 ans pour les hommes en 2019.

    Une différence de 81 000 entre le nombre de naissances et de décès

    Le solde naturel, soit l’écart entre le nombre de naissances et de décès, s’affiche à 81 000 pour l’année 2021.

    « En 2016, il avait atteint son niveau le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », puis avait diminué chaque année, pour s’établir à 66 200 en 2020, « du fait de la forte hausse du nombre de décès pendant les deux premières vagues de la pandémie de Covid-19 », selon l’Insee.

    Le solde naturel a augmenté « légèrement » l’an dernier « grâce au maintien du nombre de naissances et à une baisse du nombre de décès », passé de 668 900 en 2020 à 657 000 l’année suivante.

    Poursuite du vieillissement de la population

    La part des personnes de plus de 65 ans dans la population s’élargit. Au 1er janvier dernier, 21 % des personnes habitant dans le pays sont âgées de 65 ans ou plus, tandis que 9,8 % ont 75 ans ou plus.

    « La hausse de la part des 75 ans ou plus dans la population s’accentue en 2022 avec l’arrivée de la première génération du baby-boom dans cette tranche d’âge. La part des 65 ans ou plus augmente depuis plus de 30 ans, et le vieillissement de la population s’accélère depuis le milieu des années 2010, avec l’arrivée à ces âges des premières générations nombreuses nées après-guerre », explique l’Insee. 

    Consultez le guide pratique "Je perds un proche"
    Consultez le guide pratique "Je perds un proche"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    220 000 mariages célébrés

    Le nombre de mariages a crû de 42 % l’année dernière. L’Insee estime à 220 000 le nombre de mariages célébrés en 2021, parmi lesquels « 6 000 entre personnes de même sexe »

    « Après une année 2020 marquée par un recul historique (– 31 % par rapport à 2019), le rebond en 2021 permet presque de revenir au niveau de 2019, malgré les restrictions sanitaires qui se sont poursuivies tout au long de l’année », explique l’Insee. 

    Malgré l’absence d’interdiction des célébrations en 2021, « certains couples ont pu souhaiter reporter leur union en l’absence de visibilité sur l’évolution de la pandémie et donc des règles qui s’appliqueraient à la date choisie ».

    Les données indiquées au titre de 2021 ne sont pas définitives. L’Insee s’appuie sur des « données provisoires arrêtées fin novembre ».

    A lire aussi