Hôpital : les opérations non urgentes sont reportées

Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a demandé le report de toutes les interventions chirurgicales non urgentes afin de faire de la place dans les services de réanimation des hôpitaux et de libérer du personnel qualifié pour accueillir les malades du coronavirus.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Sirichai Saengcharnchai

Avec 2 876 cas de contamination au coronavirus confirmés, 129 cas graves nécessitant une réanimation et 61 personnes décédées, la France craint une épidémie aussi importante qu’en Italie. Pour faire face à un éventuel afflux de malades dans les hôpitaux dans les prochaines semaines, le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé à tous les établissements de santé publics et privés de reporter toutes les interventions chirurgicales non urgentes avec réanimations post-opératoires, c’est-à-dire sous anesthésie générale.

Le ministère de la Santé a adressé un courrier à toutes les Agences régionales de santé. Il s’agit de l’activation du niveau 2 du plan blanc déclenché dans les hôpitaux et les cliniques pour faire face à l’épidémie.

Libérer des lits et le personnel de santé

La déprogrammation concerne toutes les opérations qui n’exigent pas une prise en charge immédiate comme la pose de prothèse de hanche ou de genou. Le but est de libérer des lits dans les services de réanimation et dans les salles de réveil, qui pourront être mobilisées pour installer des patients contaminés par le Covid-19. Le report libérera aussi « les médecins et personnels de réanimation qui pourront ainsi se consacrer aux malades qui risquent d’être suivis sur le plan respiratoire », expliquait François Thibault, représentant de la CGT du CHU de Dijon sur les ondes de France Bleu Bourgogne.

Le pays dispose de plus de 5 000 lits de réanimation sur tout le territoire. Le nombre de malades dans un état grave placés sur ces lits est actuellement de 105, selon le ministère de la Santé.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :