Ecoles fermées, chômage partiel... les annonces d'Emmanuel Macron sur le coronavirus

Pas de confinement comme en Italie, des transports en commun assurés et des élections municipales maintenues... mais en même temps, des mesures pour les entreprises, comme les recours massif au chômage partiel, la mobilisation des hôpitaux et la fermeture de tous les établissements scolaires dès ce lundi. Voici ce qu'Emmanuel Macron a annoncé pour répondre à la crise de l'épidémie du coronavirus. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
© Elysée

La France est au cœur de l'épidémie de coronavirus, "la plus grave sanitaire connue en France depuis un siècle". Ce jeudi 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé des mesures. Voici ce qu'il faut en retenir. 

Coronavirus : le bilan

Le bilan en France est déjà lourd. 2 876 cas confirmés, 129 cas graves nécessitant une réanimation et 61 personnes décédées. Et nous ne sommes qu'au début de l'épidémie, a précisé le président de la République : 

"Partout en Europe l'épidémie s’intensifie. La priorité pour notre nation sera notre santé. Je ne transigerai sur rien. Un principe nous guide pour anticiper et gérer cette crise, c’est la confiance dans la science, écouter celles et ceux qui savent"

Les écoles fermées dès ce lundi et jusqu'à nouvel ordre

Emmanuel Macron a annoncé la fermeture dès ce lundi 15 mars des crèches, écoles primaires, collèges lycées et universités. L'objectif est de limiter la propagation du virus, car si les jeunes gens sont moins fragiles devant le virus, ils sont vecteur de sa propagation. Ce vendredi soir, le ministre de la Santé a complété l'annonce au sujet des crèches : tous les établissements accueillant des enfants en bas âge (avant la maternelle) seront également fermés, à l'exception de ceux accueillant moins de 10 enfants où le risque est moindre voire nul, selon l'avis du comité de santé. 

"Un service de garde sera mis en place, région par région", a complété Emmanuel Macron.

Les établissements scolaires seront ainsi fermé "jusqu'à nouvel ordre". Pour les élèves de la primaire au lycée, les cours pourront être suivis à distance, durant cette période, grâce à "Ma classe à la maison", un outil d'enseignement à distance élaboré par le Cned. 

Les transports publics maintenus

Le président de la République invite les Français à limiter leurs déplacements. Toutefois, "les transports publics seront maintenus car les arrêter, ce serait tout bloquer, y compris la possibilité de soigner". 

Mobilisation des personnels de santé, report des soins "non-essentiels"

Pour augmenter massivement les capacités d'accueil des hôpitaux, Emmanuel Macron a annoncé la mobilisation de tous les personnels de santé, incluant le rappel des médecins retraités et l'appel aux étudiants pour renforcer les effectifs hospitaliers. La plateforme de garde d'enfants Yoopies a lancé un appel aux inscriptions sur son site pour recruter des baby-sitters dédié(e)s aux personnels hospitaliers. 

Les soins "non-essentiels" à l'hôpital seront, par ailleurs, reportés. 

Pas de confinement, mais de la "responsabilité"

Contrairement à ce qui a été décidé en Italie, le président Emmanuel Macron n'a pas annoncé de confinement généralisé mais a appelé à la responsabilité en demandant aux Français de limiter leurs déplacements au strict nécessaire.

Il a aussi invité les entreprises et les salariés à privilégier le télétravail. 

Rester le plus possible à la maison et limiter ses déplacements, un appel adressé particulièrement aux personnes les plus vulnérables, comme les personnes âgées de plus de 70 ans, celles atteintes de maladies chroniques ou respiratoires ou celles en situation de handicap.

Les élections municipales maintenues

On votera bien, les dimanches 15 et 22 mars, pour les deux tours des élections municipales : "Rien ne s'oppose à ce que les Français se déplacent aux urnes", a déclaré le chef de l'État. Emmanuel Macron a toutefois invité une nouvelle fois les électeurs à veiller au respect strict des gestes barrières

A retenir : 

  • éviter les horaires d'affluence
  • laisser 1,5m de distance entre les individus
  • munissez-vous de votre propre stylo pour émarger

La fermeture des frontières ?

Avec l'Italie tout proche, et la propagation rapide du Covid-19, la question d'un contrôle aux frontières s'est posée. Le président de la République botte en touche pour le moment, rappelant que ce sont des décisions à prendre "à l'échelle européenne". 

Tout comme la recherche et la découverte "dans les mois qui viennent" d'un vaccin contre le Covid-19, l'Europe doit donc aussi sur cette question coordonner son action. 

Un plan de relance national et européen

Les pays européens, comme ailleurs dans le monde, souffrent aussi économiquement de l'épidémie de Covid-19. Les places financières s'écroulent avec des baisses à deux chiffres ce jeudi et l'économie locale est aussi menacée. 

Le président de la République a demandé au gouvernement de préparer un plan de relance national et européen, reconnaissant que les mesures de la Banque centrale européenne (BCE), annoncées ce jeudi, ne sont pas suffisantes pour surmonter les conséquences économiques du coronavirus.

"Nous devons aussi porter une réponse européenne. La banque centrale a déjà aujourd'hui fait part de ses premières décisions. Seront-elle suffisantes ? Je ne le crois pas."

Des mesures exceptionnelles et massives de chômage partiel

Outre un appel appuyé au télétravail, Emmanuel Macron a annoncé des mesures "exceptionnelles et massives" concernant les entreprises et les salariés.

"Dès les jours à venir, un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en oeuvre. Il ira beaucoup plus loin [que les mesures déjà annoncées pour] préserver les emplois et les compétences".

Les cotisations patronales de mars reportées

Un peu d'air pour les entreprises, avec le report des cotisations patronales du mois de mars à une date ultérieure. Il s'agit ici de préserver les PME, particulièrement fragilisées par la crise. 

La trêve hivernale reportée

Pour préserver les plus précaires, la trêve hivernale est reportée de deux mois, c'est-à-dire à fin mai. La trêve hivernale empêche l'expulsion des locataires de leur logement durant les mois les plus froids. 

L'épidémie de coronavirus offre un sursis de deux mois. 

Vous pouvez lire l'intégralité de l'allocution présidentielle de ce jeudi 12 mars 2020 sur le site de l'Elysée et la revoir dans la vidéo ci-dessous : 

df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :