Déconfinement : un masque grand public pour chaque Français à partir du 11 mai

Lors de son allocution télévisée, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a déclaré qu’à partir du 11 mai, des masques de protection grand public seront mis à la disposition de tous les Français. Mais leur port ne sera pas obligatoire.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© enzodebernardo

A partir du 11 mai, date envisagée pour le début du confinement, « l’Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque de protection "grand public" », a affirmé lundi 13 avril Emmanuel Macron lors de sa quatrième allocution télévisée depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19. Cette généralisation du port du masque devra se faire « en lien avec les maires ». « Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourra devenir systématique », a-t-il ajouté.

Cette annonce fait suite à plusieurs semaines de polémique autour du port généralisé du masque. Alors que l’exécutif se rangeait derrière l’avis de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour laquelle les masques pouvaient donner un « faux sentiment de sécurité » et faire oublier les gestes barrières indispensables(lavage des mains, distanciation sociale, etc.), l’Académie de médecine a fragilisé la position du gouvernement. Dans un avis rendu le 3 avril, la société savante a estimé que le port d’un masque "grand public" devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant et après le confinement :

« Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur. »

« Cette position de l’Académie de médecine est intéressante, avait alors réagi le Pr Jérôme Salomon lors du point presse quotidien du gouvernement, le 3 avril. Nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter […] ces masques alternatifs qui sont en cours de production ».

Des masques en tissu, lavables et réutilisables

Si le chef de l’Etat a finalement tranché pour une mise à disposition généralisée, sans our autant de port obligatoire, de quels masques parle-t-on ? Il ne s’agit pas de ceux chirurgicaux ou FFP2 qui sont réservés aux soignants et aux professionnels les plus exposés mais de ceux dits alternatifs, en tissu, lavables et réutilisables, destinés à protéger les autres de vos postillons. Ils peuvent être confectionnés chez soi, à partir de tuto, ou par des professionnels. Emmanuel Macron compte sur les importations et la production nationale pour pouvoir en mettre à disposition sur l’ensemble du territoire.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement a mobilisé la filière textile du pays pour produire deux types de masques alternatifs à usage professionnel non sanitaire : ceux destinés à « des professionnels en contact avec le public » comme les policiers ou les caissières (catégorie 1), et ceux visant à protéger « l’ensemble d’un groupe portant ces masques et sans contact avec le public » (catégorie 2). Les premiers filtrent 90 % des particules de trois microns, les seconds 70 %. Ces masques suivent un cahier des charges rédigé par la Direction Générale de l’Armement (DGA) du ministère des Armées. Ils ont été validés après des tests effectués par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et le laboratoire de la DGA.

Selon Bercy, 76 entreprises (Petit Bateau, Eminence, Armor Luxe, Lacoste, etc.) ont vu à ce jour leurs prototypes de masques alternatifs testés et qualifiés pour leurs propriétés filtrantes. Parmi les 146 modèles qualifiés, 12 ont d’ores-et-déjà été certifiés lavables au moins 5 fois.

3,9 millions de masques en tissu ont été produits dans le pays au cours de la semaine du 30 mars au 5 avril. Bercy espère atteindre une production hebdomadaire de 15 millions de masques en tissu à la fin du mois d’avril.

Bon à savoir :

Le port d’un masque en tissu ne remplace pas le respect des gestes barrières. Il n’est, par ailleurs, efficace que trois heures maximum et doit être lavé après chaque utilisation à 60° pendant 30 minutes en machine. Si vous ne pouvez pas le laver tout de suite, mettez-le dans une boîte hermétique en plastique.

 

En vidéo : Un tuto pour faire votre masque en tissu

Chargement de votre vidéo...
df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :