De la vitamine D face au Covid-19 : gare à la surdose !

Recommandée par certains médecins pour prévenir les formes graves du Covid-19, la vitamine D ne doit pas pour autant se consommer à la légère comme le rappelle les autorités sanitaires. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Helin Loik-Tomson

Elle est présente en quantité dans les poissons gras, le chocolat noir, le lait, les œufs ou encore les champignons… La vitamine D est connue pour ses effets positifs sur l’état général du corps et plus particulièrement le système immunitaire, en première ligne alors que le Covid-19 circule toujours intensément dans l’Hexagone.

Dans une tribune publiée le 21 janvier dernier par La Revue du praticien, plusieurs experts mettaient en avant les bienfaits de la vitamine D face à une probable infection grave par le coronavirus. Des essais ont été lancés en ce sens mais, à ce stade, il n’existe pas encore de consensus médical autour de cette hypothèse.

Les dangers du surdosage de vitamine D

Santé Magazine s’est récemment fait l’écho des dangers liés au surdosage de vitamine D. Cette dernière restant stockée dans les graisses, elle agit principalement sur la quantité de calcium et de phosphate dans le sang et les urines.

Une prise en trop grande quantité peut ainsi être à l’origine de divers symptômes : nausées, fatigue, risques osseux, convulsions, maux de tête… Des gênes qui peuvent sembler mineures au départ mais qui peuvent conduire à de l’hypertension artérielle, des calculs rénaux voire même à de l’insuffisance rénale. Pas de quoi prendre ça à la légère, donc.

Citant une recommandation de la Société française de pédiatrie, 60 Millions de consommateurs met également en avant la hausse des cas de surdosages de compléments alimentaires enrichis en vitamine D chez de jeunes enfants. Les autorités sanitaires recommandent ainsi le recours à une consommation médicamenteuse encadrée par des professionnels de santé.

Une consommation raisonnable et contrôlée

On l’aura compris, la prise de vitamine D en quantité n’est pas sans danger. Que ce soit via l’alimentation ou le recours aux compléments alimentaires : il est plus que nécessaire de contrôler sa consommation pour éviter à tout prix le surdosage.

Certains compléments alimentaires vendus en libre-accès en pharmacie ou en ligne peuvent contenir de fortes doses. Il est important de prendre cet élément en compte en parallèle de son alimentation. Idem pour les prises annuelles importantes.

En hiver, de nombreux patients se font prescrire une ampoule de vitamine D en prévision de possibles carences à venir en raison du climat. Une solution pratique, en une fois, qui expose également plus à un risque de surdosage dans les mois qui suivent en cas d’oubli. Les professionnels de santé conseillent donc de rester très vigilant avec cette vitamine, bienfaitrice mais à consommer avec modération !

Partager cet article :