Covid-19 : un défaut dans la méthode de calcul des nouveaux cas

Le fichier enregistrant les résultats des tests réalisés par les laboratoires de biologie médicale indique le lieu de résidence des personnes contaminées, mais pas leur lieu de vacances.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Covid-19
À Nice, le 11 août. © Eric Gaillard – Reuters

Dans quel département les personnes testées positives au Covid-19 ont-elles été infectées ? L’organisme Santé publique France a évoqué un défaut dans le système de comptabilisation des nouveaux cas, dans son point épidémiologique paru le 6 août.

« En cette période de vacances, les taux d’incidence par département et région de résidence ne reflètent pas que la transmission dans le département ou la région de résidence. En effet, les personnes en vacances hors de leur département et qui acquièrent l’infection dans leur lieu de vacances sont comptabilisées dans la base SI-DEP selon leur commune de résidence habituelle », explique Santé publique France dans son bulletin, repéré par Le Parisien.

SI-DEP, acronyme de système d’informations de dépistage, est la plateforme où sont enregistrés les résultats des tests menés par les laboratoires de biologie médicale. Le taux d’incidence désigne le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants sur une période d’une semaine. En raison de la forte hausse de ce taux à Paris et dans les Bouches-du-Rhône, le gouvernement de Jean Castex a classé ces départements comme zones de circulation active du virus, dans un décret publié vendredi 14 août au Journal officiel.

« Transmission en zone de vacances »

Or, « pour les régions avec de fortes progressions, comme l’Île-de-France, une part de cette progression est certainement imputable à une transmission en zone de vacances », poursuit Santé publique France. Par exemple, le test d’un Parisien dépisté à Sète où il passe ses vacances sera comptabilisé comme un cas dans la capitale et en Île-de-France et pas dans l’Hérault et en Occitanie.

« Une analyse selon le laboratoire de réalisation du test permettra d’appréhender plus finement le lieu de contamination en cette période estivale », affirme l’organisme, sans préciser à quelle date une telle amélioration sera apportée.

« Dans le tuyau du SI-DEP, on ne peut rentrer qu’une adresse, et c’est forcément l’adresse de résidence habituelle, a souligné auprès du Parisien le président du Syndicat national des biologistes, François Blanchecotte. À un moment, il y a eu des discussions pour pouvoir en mettre deux, mais c’était compliqué en pratique. »

Le défaut nuit à la connaissance de la circulation du virus sur le territoire. Les personnes testées positives ont-elles été contaminées sur leur lieu de vacances ou avant leur départ ? D’après Le Monde et Le Parisien, le fichier SI-DEP ne mentionne pas le délai entre le départ et le test. La période d’incubation du Covid-19, entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, est en général comprise entre 3 et 5 jours, mais elle peut atteindre 14 jours, rappelle le ministère des Solidarités et de la santé sur son site.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :