Covid-19 : près d'un Français sur quatre a déjà été infecté par le coronavirus

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© wildpixel - iStock

C'est un totem absolu depuis le début de la pandémie de Covid-19, au printemps 2020. En raison de l'ampleur de celle-ci, les épidémiologistes ont toujours annoncé la couleur : seule l'immunité collective permettra à la planète d'entrevoir un semblant de retour à la normale. 

A ce titre, les scientifiques de l'Institut Pasteur publient régulièrement leurs estimations des taux de contamination en France : des chiffres à prendre avec prudence mais qui ne passent jamais inaperçus, notamment auprès des autorités sanitaires. 

En Île-de-France, 40 % d'infectés

Ainsi, selon la dernière mise à jour de ces données, plus de 23 % des Français ont été infectés par le coronavirus depuis le début de l'épidémie. A une échelle plus locale, c'est sans surprise la région Île-de-France (12 millions d'habitants) qui fut la plus touchée avec, toujours selon les estimations, 40,4 % de la population qui a déjà été en contact avec le Covid-19. Une donnée qui prend en compte les tests positifs et la part de patients asymptomatiques non-détectés. 

Sur la deuxième marche du podium des départements les plus touchés par l'épidémie, on trouve la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (5 millions d'habitants) qui compterait 30,8 % d'infectés depuis le début de la crise sanitaire. Suivent ainsi, dans cet ordre : 

  • Grand Est (5,5 millions d'habitants) : 25,5 % d'infectés ; 
  • Hauts-de-France (6 millions d'habitants) : 24,2 % d'infectés ;
  • Auvergne-Rhône-Alpes (8 millions d'habitants) : 22,6 % d'infectés ;
  • Bourgogne-France-Comté (2,8 millions d'habitants) : 22,6 % d'infectés ;
  • Centre-Val-de-Loire (2,5 millions d'habitants) : 16,7 % d'infectés ;
  • Normandie (3,3 millions d'habitants) : 14,2 % d'infectés ;
  • Occitanie (5,8 millions d'habitants) : 13,2 % d'infectés ; 
  • Pays-de-la-Loire (3,8 millions d'habitants) : 12,7 % d'infectés ;
  • Corse (340 000 habitants) : 10,7 % d'infectés ; 
  • Nouvelle-Aquitaine (6 millions d'habitants) : 9 % d'infectés ; 
  • Bretagne (3,3 millions d'habitants) : 8,7 % d'infectés. 

Pour rappel, ces chiffres ne sont que des estimations de l'Institut Pasteur. Les taux d'infections présentés ici ne prennent pas en compte les possibles réinfections, notamment par des variants du Covid-19 qui circulent massivement partout en France. 

Infectés et vaccinés : vers un début d'immunité locale ?

Pour la première fois, l'Institut Pasteur a additionné ces donnés sur le taux d'infection par région avec les chiffres à jour de la vaccination. En combinant ces deux types de données, on semble pouvoir dessiner un très timide début d'immunité collective dans certains territoires, à commencer par l'Île-de-France où les épidémiologistes estiment qu'au moins un habitant sur deux a soit déjà été contaminé, soit a déjà reçu une première dose du vaccin contre le coronavirus. 

Toujours en seconde place, la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur présente un taux supposé d'immunité de 48,7 %. La région Grand Est complète ce podium en obtenant un taux de 43,5 % en combinant part de la population déjà infectée et celle partiellement vaccinée. 

Au début de l'épidémie de Covid-19, les scientifiques s'accordaient sur un chiffre : l'immunité collective serait atteinte quand 60 % de la population sera totalement protégée contre le coronavirus. Un taux largement remis en cause aujourd'hui, notamment suite à l'apparition des nouveaux variants du Covid-19, plus virulents et plus contagieux pour certains. 

Au Brésil, dans la ville de Manaus (Amazonie), la première vague fut tellement virulente que les autorités sanitaires locales estimaient que les deux millions d'habitants de l'agglomération avaient atteints l'immunité collective. Mais, début 2021, l'apparition du variant brésilien du coronavirus a totalement rebattu les cartes : Manaus a connu une nouvelle vague de contamination encore plus meurtrière que la première. 

En vidéo : Le calendrier du déconfinement

A lire aussi