Covid-19 : près de 50 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Centre de vaccination, Montauban, Leclerc
Dans un magasin E.Leclerc, à Montauban (Tarn-et-Garonne), le 1er septembre. - © Patricia Huchot-Boissier/Hans Lucas via Reuters Connect

C’est un quasi-succès. Le Premier ministre, Jean Castex, avait affiché le 21 juillet sur TF1 son objectif de voir 50 millions de personnes ayant reçu au moins une injection de vaccin contre le Covid-19 à la fin août. Le palier sera finalement franchi au cours du mois de septembre. Selon les données du ministère des Solidarités et de la santé arrêtées au mercredi 1er septembre, mises en ligne le lendemain sur son site, 48,65 millions de personnes ont reçu au moins une dose, parmi lesquelles 44,61 millions entièrement vaccinées.

La France est le deuxième pays d’Europe, à égalité avec l’Espagne, dont le taux de la population ayant reçu au moins une dose est le plus élevé (76,8 %), seul le Portugal faisant mieux (84,4 %), indiquent les données du Centre européen de prévention et de contrôle des épidémies en ligne sur le site vaccinetracker.ecdc.europa.eu.

Une montée en puissance après un démarrage poussif

Après un démarrage poussif à compter de la fin de l’année 2020, la campagne de vaccination est lentement montée en puissance. La vaccination a été ouverte à tous les adultes le 31 mai dernier, puis étendue le 15 juin aux enfants de 12 ans et plus.

La campagne a doublé un nouveau cap après le 12 juillet : le discours prononcé ce jour par Emmanuel Macron a encouragé de nombreuses personnes à prendre rendez-vous pour se faire vacciner. Le président de la République a annoncé la mise en place de l’obligation de la présentation du pass sanitaire pour accéder aux « lieux de loisirs et de culture » et pour aller « dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets ».

Depuis le 30 août, tous les salariés travaillant dans les lieux où le pass sanitaire est exigé aux clients ou usagers, doivent présenter ce document à leur employeur, sauf quand l’activité a lieu :

  • dans des espaces inaccessibles au public ;
  • en dehors des horaires d’ouverture au public.

La vaccination est obligatoire seulement pour l’exercice de certaines professions, notamment de santé. En l’absence de vaccination, les professionnels n’ont pas le droit d’exercer leur activité.

Malgré l’opposition persistante de personnes opposées à la vaccination et au pass sanitaire exprimée au travers de manifestations et en ligne, l’exécutif se félicite de sa stratégie. Il a évité la mise en œuvre d’une obligation vaccinale pour l’ensemble de la population tout en lançant un dispositif contraignant, de fait, à la vaccination.

Des failles dans le bilan de la campagne de vaccination

Le bilan de la campagne de vaccination comporte des failles. Parmi les personnes de 65 ans et plus, 91 % ont reçu au moins une dose de vaccin, 88 % étant entièrement vaccinées, d’après le ministère des Solidarités et de la santé. Les taux descendent à respectivement 85 % et 82 % chez les personnes de 80 ans et plus, les plus fragiles et donc les plus susceptibles d’être hospitalisées.

Dans une partie de l’outre-mer, la faiblesse du taux de vaccination contribue à la flambée du nombre de cas. Les autorités ont dû alourdir les mesures de restriction en Guadeloupe, à Saint-Barthélémy, à Saint-Martin, en Martinique, en Polynésie et La Réunion.

Difficile d’atteindre l’immunité collective par la vaccination

Au-delà de la couverture vaccinale, comme l’ont rapporté Le Journal du dimanche et Le Monde, certains scientifiques estiment difficile d’atteindre l’immunité collective par la vaccination, compte tenu du variant Delta.

« Si l’immunité de groupe peut être atteinte ou non, je ne sais pas, a confié au Journal du dimanche Alain Fischer, qui préside le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. C’est devenu un challenge très ambitieux que je ne trancherai pas. Mais ça ne change rien à notre stratégie, qui est de limiter la circulation du virus dans l’intérêt de tous. La vaccination au nom de la collectivité reste complètement pertinente. S’approcher de cette immunité permettrait déjà de recouvrer une vie normale, de limiter les maladies graves et la saturation des hôpitaux. »

L’exécutif n’envisage pour l’heure pas de retour du confinement et du couvre-feu en métropole. Mais l’horizon de la fin de l’épidémie aux échelles française et mondiale est invisible.

A lire aussi