Covid-19 : pourquoi l’aération des pièces est aussi un geste barrière

Alors que le coronavirus peut se transmettre dans l’air à plus de deux mètres, l’Allemagne a décidé d’ajouter l’aération des pièces aux gestes barrières contre le Covid-19. En France, la mesure est, à ce jour, uniquement conseillée.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture

L’aération des pièces pourrait-elle s’ajouter à la liste des gestes barrières recommandés par les autorités sanitaires pour se protéger et protéger les autres du coronavirus ? En début de semaine, le gouvernement allemand a décidé de l’intégrer aux préconisations officielles pour lutter contre le Covid-19.

« C’est peut-être l’un des moyens les moins chers et les plus efficaces de contenir la propagation du virus », a expliqué la chancelière Angela Merkel, rapporte The Guardian. « Une ventilation régulière dans toutes les pièces privées et publiques peut réduire considérablement le risque d’infection », précise le gouvernement allemand.

En France, le gouvernement préconise de respecter sept mesures barrières :

  • se laver régulièrement les mains au savon ou avec une solution hydro-alcoolique ;
  • éviter de se toucher le visage ;
  • saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades ;
  • respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres ;
  • porter un masque lorsque la distanciation sociale ne peut pas être respectée ;
  • tousser ou éternuer dans son coude ;
  • se moucher dans un mouchoir à usage unique et le jeter.

L’aération des pièces n’y figure pas mais des scientifiques et médecins réclament de l’ajouter.

Le coronavirus peut se transmettre par voie aérienne

S’il n’y a pas eu, en début d’épidémie, de consensus scientifique sur une transmission du coronavirus par voie aérienne, les positions ont évolué depuis. En juillet dernier, 239 scientifiques de 32 pays différents ont adressé une lettre ouverte à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lui demandant de reconnaître que le virus pouvait se propager aussi bien par de grosses gouttes après un éternuement que par des « aérosols », des microgouttelettes qui peuvent rester en suspension dans l’air, se répandre bien au-delà de deux mètres et qui sont émises rien qu’en respirant. « Nous reconnaissons que des preuves commencent à émerger sur la transmission par l’air du Covid-19 », avait alors répondu l’OMS.

En début de semaine, c’est au tour des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) d’actualiser leurs recommandations sanitaires sur leur site et d’ajouter la voie aérienne comme mode de propagation possible du coronavirus, validant ainsi de nombreuses études démontrant que le coronavirus peut se transmettre à plus de deux mètres de distance.

L’aération et la ventilation des lieux clos sont recommandées

Dans ces conditions, l’aération et la ventilation des lieux clos peuvent s’avérer très utiles contre la propagation du coronavirus. « S’il y a un nuage viral dans la pièce, les gens vont le respirer, qu’ils respectent ou non une distanciation d’un mètre ou plus. Quand vous excrétez le virus, une partie reste en suspension dans l’air, un nuage viral se crée, comme un nuage de fumée. C’est le même principe que le tabagisme passif. L’aération permet d’éviter ce phénomène », a expliqué le médecin généraliste et président de l’Union française pour une médecine libre (UFML) Jérôme Marty, dans une interview accordée à La Dépêche, qui regrette que l’aération des pièces ne soit pas relayée dans les campagnes de prévention. « Les températures commencent à se rafraîchir, ce qui nous fait craindre que les contaminations se multiplient dans un espace clos. Il faut donc renouveler l'air au maximum », insiste le médecin.

Dans un avis rendu le 23 juillet dernier, le Haut conseil de la santé publique recommandait de veiller à ce que « les orifices d’entrée d’air et les fenêtres ne soient pas obstrués » dans les pièces et locaux d’établissements recevant du public et de procéder, dans les bâtiments non pourvus de systèmes spécifiques de ventilation, à une aération régulière des pièces 10 à 15 minutes deux fois par jour.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :