Covid-19 : le regain de l'épidémie va-t-il gâcher notre été ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Alejandro Castellon - iStock

Depuis l’apparition du Covid, les étés se succèdent mais ne se ressemblent pas ! Si, au début des étés 2020 et 2021, on avait assisté à une décrue des infections, en juin 2022 l’épidémie repart au contraire spectaculairement à la hausse.

« Il y a une reprise de l’épidémie, et elle est parfaitement inattendue par rapport à la saison », alerte ainsi l’infectiologue Benjamin Davido, référent Covid-19 à l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine) sur France Info. En une semaine, le nombre de nouvelles infections par jour a en effet bondi de près de 50 % selon Santé Publique France, avec 95 217 cas confirmés au 21 juin, et 100 % par Omicron...

On baisse la garde... et les masques !

Alors que les sous-variants d’Omicron BA.4 et BA.5 sont beaucoup plus contagieux, nous avons pourtant, depuis quelques semaines, rouvert en grand les portes à l’infection avec la fin du port du masque dans les transports, la reprise du travail en présentiel, les festivals, les mariages et les fêtes qui battent son plein… On s’embrasse à qui mieux mieux, et plus personne ne parle de « gestes barrières » !

Alain Fischer, le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, a d'ailleurs dit être favorable au retour du port obligatoire du masque dans les transports en commun : « Cela se discute sérieusement ! »

Vérifiez votre statut vaccinal

À cela s’ajoute un désintérêt de la population pour les doses de rappel de vaccin… En particulier les plus de 60 ans pour qui est désormais ouverte la 2ème dose de rappel - c’est-à-dire une 4ème dose après les 2 vaccinations initiales et la 1ère dose de rappel. Elle est d’ores et déjà ouverte aux 80 ans et plus, aux résidents en Ehpad et personnes immunodéprimées. Pourtant, alerte le ministère de la Santé, seuls 31 % de la population éligible chez les 80 ans et plus a reçu cette quatrième dose, et seulement 19 % des plus de 60 ans, ce qui est vraiment trop peu par rapport à la fulgurance de la reprise épidémique.

Pour savoir si vous pouvez bénéficier de cette dose de rappel, vous pouvez retrouver vos certificats vaccinaux sur l’application Tous Anti Covid ou dans la nouvelle interface Mon Espace Santé.

Les hospitalisations sont pour l’instant sous contrôle

Le nombre d’admissions en soins critiques aborde une légère hausse de 2 %, quand le nombre de décès hospitaliers continue de baisser. Selon Santé publique France, « le taux d’hospitalisation n’est pas significativement plus élevé pour BA.4 et BA.5, et la majorité des cas hospitalisés présentaient des facteurs de risque ».

Continuer de se dépister

Les tests PCR (43,89 euros en laboratoire) et antigéniques (env. 20 euros en pharmacie) sont désormais payants mais restent  gratuits pour :

  • les mineurs ;
  • les personnes vaccinées, ou présentant une contre-indication à la vaccination ;
  • les cas contacts identifiés par l’Assurance maladie ;
  • les personnes disposant d’une ordonnance de moins de 48 heures, concernées par des dépistages collectifs ; ou disposant d’un certificat de rétablissement de moins de six mois.

Les autotests sont toujours disponibles à la vente en grandes surfaces. Leur prix est plafonné à 5,20 euros.

A lire aussi