Covid-19 : le Comité consultatif national d'éthique favorable à la vaccination des 5-11 ans

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Blue Planet Studio

Le CCNE note que l’Agence européenne du médicament a rendu un avis favorable le 25 novembre 2021. "Depuis, le mois d’octobre 2011, les enfants âgés de 6 à 10 ans présentent un taux d’incidence le plus élevé parmi les classes d’âge scolaire (soit 988 cas pour 100 000 habitants)."

Quels sont les conséquences de la vaccination ?

Au 12 décembre, plus de 3,8 millions d’adolescents âgés de 12 à 17 sont complètement vaccinés, soit 76,6 % de la classe d’âge. Le nombre de jeunes âgés de 10 à 19 ans hospitalisés baisse au cours de l’automne 2021. Pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, le CCNE note qu’au 31 octobre 2021, plus de 417 000 enfants cas d’enfants infectés ont été recensés, dont 28 % étaient asymptomatiques. Il y a eu 1284 hospitalisations, soit 0,3 % de l’ensemble de la population hospitalisée en France.

Quels bénéfices à vacciner les enfants âgés de 5 à 11 ans ?

"Si la vaccination est proposée aux enfants de 5 à 11 ans, on peut admettre que les bénéfices attendus iront probablement dans le même sens que ceux identifiés pour les adolescents", remarque le CCNE qui poursuit, "le taux d’incidence est plus élevé dans le primaire que le secondaire". Mais, il constate que "par ailleurs, les cas de complications sévères très rares sont néanmoins plus nombreux que dans la classe d’âge des 12-17 ans".

Les parents pourront-ils choisir de vacciner leurs enfants ?

Le CCNE recommande de laisser aux parents la liberté de choix car la vaccination relève de "la responsabilité et de l’autorité parentale" et attire l’attention sur la "situation délicate des dont la vaccination serait l’objet d’un conflit parental important pouvant retentir sur l’enfant lui-même".

Le CCNE préconise que les parents soient accompagnés dans ce choix par leur médecin traitant ou le pédiatre et insiste pour « qu’aucune mesure mis en œuvre ne conduise, directement ou indirectement à une stigmatisation ou un quelconque préjudice envers les enfants dont les parents ne feront pas le choix de la vaccination. Le CCNE s’oppose donc à la mise ne place d’un passe sanitaire pour les enfants de 5 à 11 ans.

A noter

Une majorité de Français (55 %) sont favorables à la vaccination des jeunes enfants, mais les principaux concernés, les parents, s'y opposent majoritairement, selon le baromètre BVA pour Orange et RTL, du vendredi 17 décembre. Les principaux concernés, les parents d'enfants de cet âge, y restent majoritairement hostiles (62 %), dans des proportions identiques à il y quatre mois.

Comment faire vacciner son enfant ?

La vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans est ouverte depuis le 15 décembre pour les enfants qui risquent de développer une forme grave de Covid-19 et des enfants qui vivent dans l’entourage d’une personne immunodéprimée. Elle concerne 400 000 enfants. Le vaccin administré est la forme pédiatrique du vaccin Pfizer-BioNTech, trois fois moins dosée que la forme adulte du vaccin administrée aux personnes âgées de plus de 12 ans.

Les enfants peuvent se faire vacciner, en présence d’au moins un des parents, dans :

  • Les établissements de santé spécialisés
  • Les espaces pédiatriques
  • Les cabinets de médecine de ville (à partir de fin décembre)
  • Les centres de vaccination (à partir de la fin décembre)
A lire aussi