Covid-19 : la liste des contre-indications à la vaccination mise à jour

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Wavebreakmedia

La liste des contre-indications médicales à la vaccination contre le Covid-19 ouvrant droit à la délivrance d’un certificat médical faisant office de passe sanitaire vient d’être mise à jour. Dans une note publiée le 3 novembre à destination de tous les professionnels de santé, la Direction générale de la santé (DGS) a détaillé une nouvelle procédure concernant les personnes souffrant d’une maladie très rare pour laquelle l’administration du vaccin est déconseillée par les médecins experts.

Une nouvelle procédure pour les personnes souffrant d’une maladie très rare

« Des cas de maladies très rares sont en effet susceptibles de justifier une contre-indication à la vaccination contre le Covid-19 », explique la DGS. Les patients qui présenteraient l’une de ces contre-indications très rares sont invités à se rapprocher du Centre de référence ou de compétence maladies rares (CRMR/CCMR) qui les suit. Ce dernier transmettra alors directement leur certificat médical de contre-indication dument rempli à leur caisse d’assurance maladie afin qu’elle édite leur passe sanitaire.

Dans le cas où le patient n’est plus suivi par un CRMR/CCMR, le médecin traitant pourra contacter la filière de santé maladies rares correspondante à la pathologie afin d’être orienté vers le centre de référence compétent. Celui-ci rendra son avis sur l’opportunité et l’innocuité de la vaccination contre le Covid-19. S’il conclut à une contre-indication vaccinale, le centre de référence transmettra son avis au médecin conseil de la caisse d’assurance maladie du patient pour l’édition du passe sanitaire, et au médecin traitant (ou spécialiste si besoin) pour l’informer.

Evolution de la liste des cas de contre-indications à la vaccination

La Direction générale de la santé (DGS) rappelle, par ailleurs, qu’un décret du 29 octobre a modifié la liste des contre-indications médicales faisant obstacle à la vaccination contre le Covid-19 reconnue par la Haute autorité de santé. Suivant l’avis de la HAS du 5 octobre dernier, « il est désormais recommandé de ne pas initier une vaccination lorsqu’un patient présent une myocardite ou myo-péricardite associée à une infection par Sars-CoV-2 », indique la DGS.

Les cas de contre-indication médicale à la vaccination sont désormais les suivants :

  • allergie à l'un des composants du vaccin (notamment polyéthylène-glycols) ;
  • réaction anaphylactique au moins de grade 2 (atteinte au moins de deux organes) à une première injection du vaccin posée après expertise allergologique ;
  • personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire (maladie très rare du sang), une contre-indication commune aux deux vaccins autorisés en France qui n'utilisent pas la technologie ARN messager, soit ceux d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson ;
  • personnes ayant présenté un syndrome thrombotique et thrombocytopénique (STT) suite à la vaccination par Vaxzevria (ou AstraZeneca) ;
  • enfants ayant déclaré un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) post-Covid-19 ;
  • personnes présentant une myocardite ou myo-péricardite associée à une infection par SARS-CoV-2 ;
  • une recommandation établie après concertation médicale pluridisciplinaire de ne pas effectuer la seconde dose de vaccin suite à la survenue d'un effet indésirable d'intensité sévère ou grave attribué à la première dose de vaccin (survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré...)
  • une recommandation établie par un centre de référence maladies rares (CRMR) ou un centre de compétence maladies rares (CCMR) après concertation médicale pluridisciplinaire (avis collégial) de ne pas initier la vaccination contre le Covid-19.

A ces cas, s’ajoutent deux contre-indications médicales temporaires :

  • traitement par anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 ;
  • myocardites ou péricardites d'étiologie non liée à une infection par SARS-CoV-2, survenues antérieurement à la vaccination mais toujours évolutives.

Les personnes concernées doivent s’adresser à un médecin, qui délivrera si cela est médicalement justifié, un certificat médical de contre-indication à la vaccination établi sur un formulaire spécifique. Le volet n°1 doit ensuite être transmis au service médical de la caisse d’assurance maladie afin d’obtenir un passe sanitaire.

Les tests de dépistage RT-PCR et antigéniques sont toujours pris en charge par l'Assurance maladie pour les personnes justifiant d'une contre-indication à la vaccination.

Astuces

A lire aussi