Covid-19 - Fermetures des restaurants, télétravail... Ce qui va changer

Olivier Véran a fait un nouveau point sur la situation de l'épidémie de coronavirus en France à l'issue du conseil de défense qui s'est tenu ce mercredi matin. L'occasion pour le ministre de la Santé de présenter une nouvelle carte du pays présentant de nouvelles zones d'alerte (renforcée et maximale), et de nouvelles mesures restrictives... en espérant éviter un reconfinement. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Paris, Lyon, Nice, Bordeaux, Lille... passent en alerte renforcée. Aix-Marseille et la Guadeloupe en alerte Maximale. © Halfpoint

Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran tenait ce mercredi soir son deuxième point hebdomadaire depuis la rentrée de septembre sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France. Une conférence de presse organisée suite au conseil de défense qui s'est déroulé ce matin, autour du président de la République, au palais de l'Elysée. 

Le ton est grave, face à la situation qui se dégrade. La tension hospitalière est telle que la décision de prendre de nouvelles mesures de restrictions s'impose. Le facteur R est nationalement au-dessus de 1, signifiant que l'épidémie progresse. Le taux de positivité des test est passé de 5% à 6% en une semaine. Le nombre des hospitalisations a doublé et les cas d'hospitalisations en soins intensifs ont explosé. Un lit de réanimation sur quatre est occupé par un patient Covid en Île-de-France. 

Des modélisations de l'évolution de l'épidémie révèlent un fort stress hospitalier, à l'image de ce que nous avons connu durant le confinement au printemps. Ce qui appelle a prendre de nouvelles mesures drastiques.

Limiter les contacts, adapter les mesures aux territoires

Ne pas multiplier les dîner, les rencontres entre amis ou en famille... Pour Olivier Véran, la clé de la lutte contre le Covid-19 est de rester dans une bulle sociale restreinte, quel que soit le territoire où nous évoluons. 

Le ministre de la Santé s'est attardé sur l'adaptation des mesures aux territoires, prompte à préserver l'activité économique et sociale tout en limitant la propagation du virus. Il s'agit de tenir l'équilibre d'une ligne de crête.

Trois zones d'alerte avant le reconfinement

69 départements ont atteint le seuil d'alerte, situé à 50 cas pour 100 000 habitants. Dans ces départements, les préfets sont aptes à prendre des mesures de restrictions, de plus en plus restrictives, selon le seuil d'alerte. Trois éléments sont pris en compte pour déterminer les zones d'alerte, d'alerte renforcée et d'alerte maximale : le taux d'incidence, le taux d'incidence chez les personnes de 65 ans et plus, et la part des patients Covid-19 en réanimation. 

  • zone d'alerte (taux d'incidence supérieure à 50 cas pour 100 000 habitants)
  • zone d'alerte renforcée (taux d'incidence supérieur entre 150 et 250 cas pour 100 000 habitants, 50 chez les personnes âgées, 30 % des lits de réanimation occupés par des patients Covid-19)
  • zone d'alerte maximale (taux d'incidence supérieur à plus de 250 cas pour 100 000 habitants, 50 chez les personnes âgées, 30 % des lits de réanimation occupés par des patients Covid-19). 

Zone d'alerte 

Dans les zones d'alerte, les fêtes, les mariages, les anniversaires devront se tenir en petit comité, à moins de 30 personnes. 

Zone d'alerte renforcée

Les villes de Paris, sa petite couronne, Lyon, NiceBordeaux, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble et Montpellier sont concernées. Tours, Strasbourg, Dijon et Clermont-Ferrand pourraient allonger la liste. 

La jauge des événements publics est abaissée à 1 000 personnes. Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public seront interdits. Les bars et restaurants devront fermer au plus tard à 22h et même avant si le préfet en décide. Les gymnases et salles de sport, ainsi que les salles des fêtes seront fermés. 

Le télétravail devra être favorisé autant que possible. Les rassemblements privés doivent être évités au maximum et le masque doit y être porté. 

Zones d'alerte maximale

Dans les zones d'alerte maximale (la Guadeloupe et la métropole d'Aix-Marseille, à cette heure), les mesures sont plus drastiques : les bars, restaurants, clubs de sports... seront totalement fermés à compter de lundi prochain. 

Fonds de solidarité, exonération des cotisations sociales, activité partielle sans reste à charge... Les entreprises de ces territoires bénéficieront des mêmes mesures de soutien que durant le confinement. 

Etat d'urgence sanitaire

L'étape suivante, que ces mesures sont censées permettre d'éviter, c'est le retour à l'état d'urgence sanitaire. Il nous amènerait à connaître de nouveau les mesures que nous avons connues au printemps, durant le confinement. 

À cette heure, aucun territoire n'est encore concerné. 

La grogne des élus locaux

Très vite après les annonces d'Olivier Véran, les élus des collectivités concernées par ces nouvelles restrictions n'ont pas manqué de réagir. En première ligne, la maire de Marseille Michèle Rubirola a fait par de sa « colère » sur les réseaux sociaux et affirme ne pas avoir été consultée : « je n'accepte pas que les Marseillais soient victimes de décisions politiques que personne ne peut comprendre » a-t-elle déclaré. 

Même son de cloche du côté de la capitale où Anne Hidalgo a déploré ce jeudi matin des « mesures très restrictives » pour lesquelles elle affirme avoir dit son désaccord au gouvernement. La maire de Paris en a également profité pour apporter son soutien aux « cafetiers et restaurateurs qui ont vraiment fait de belles choses sur l'espace public. »

On n'oublie pas les gestes barrière

Le port du masque et l'observation rigoureuse des gestes barrière demeurent efficaces pour lutter contre la progression de l'épidémie. Au travail, comme en visite privée, en famille ou entre amis, préserver une distance physique, porter un masque, se laver les mains, éviter de se toucher le visage... c'est ce qui nous protège les uns des autres. 

Terminons, à ce sujet, sur une bonne nouvelle, que nous devons à l'adoption de ces bons réflexes : le nombre de cas de gastro-entérites et d'infections ORL a considérablement diminué. Il s'agit de faire, à son tour, diminuer de nouveau la propagation de l'épidémie de Covid-19. 

En vidéo : Un tuto pour faire votre masque en tissu

Chargement de votre vidéo...
df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :