Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur la vaccination des enfants de 5 à 11 ans

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Drazen Zigic

Pour contrer la cinquième vague de l’épidémie de Covid-19 qui frappe la France, le gouvernement a décidé de proposer la vaccination aux jeunes enfants. A l’issue du Conseil de défense sanitaire qui s’est tenu lundi 6 décembre, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé que les enfants âgés de 5 à 11 ans à risque de développer des formes graves du virus pourront se faire vacciner contre le Covid-19 à partir du 15 décembre. « Nous disposons de tous les feux verts », a précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran. Les autres enfants âgés de 5 à 11 ans pourront commencer à se faire vacciner d’ici la fin de l’année, sous réserve de l’autorisation de la Haute autorité de santé (HAS) et du Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

Quels sont les enfants à risque de développer une forme grave ?

Un peu plus de 360 000 enfants âgés de 5 à 11 ans sont considérés comme à risque de formes graves de Covid-19 et de décès, selon l’avis du 30 novembre de la Haute autorité de santé (HAS).

Dans le détail, sont concernés les enfants :

  • qui présentent l’une de ces comorbidités : maladies hépatiques chroniques, maladies cardiaques et respiratoires chroniques (y compris l’asthme sévère nécessitant un traitement continu), maladies neurologiques, immunodéficience primitive ou induite par médicaments, obésité, diabète, hémopathies malignes, drépanocytose et trisomie 21
  • porteurs d’une des comorbidités identifiées chez les adultes comme étant associée à un risque de forme sévère de la maladie : cancer récent, maladie rénale chronique, handicap neurologique, etc.
  • vivant dans l’entourage de personnes immunodéprimées ou de personnes vulnérables non protégées par la vaccination.

La HAS recommande de permettre aux médecins spécialistes d’organes et des maladies rares de proposer la vaccination au cas par cas, à partir d’une évaluation individuelle du bénéfice-risque de la vaccination, s’ils estiment que l’enfant est particulièrement vulnérable face à une infection par le SARS-CoV-2, sans attendre de données publiées spécifiques.

Quand débutera la vaccination ?

« La première livraison des vaccins de Pfizer, avec une dilution adaptée pour les enfants, sera faite le 13 décembre », a précisé Olivier Véran. La vaccination des 5-11 ans à risque pourra ainsi débuter le 15 décembre. Le gouvernement espère ensuite pouvoir en faire de même pour les autres enfants de cette classe d’âge. « Nous organisons toute la logistique (...) pour pouvoir le moment venu commencer sans délai à (les) vacciner », a assuré Olivier Véran. « En pratique, cela pourrait commencer aux alentours du 20 décembre pour les centres de vaccination, du 27 décembre pour la médecine de ville et les pharmacies ».

Quel est le vaccin administré ?

Les enfants âgés de 5 à 11 ans seront vaccinés avec le vaccin Pfizer/BioNTech. C’est le seul vaccin à avoir obtenu à ce jour l’approbation de l’Agence européenne du médicament pour un usage chez les 5-11 ans. Hors du continent européen, ce vaccin a déjà été autorisé pour les jeunes enfants dans quelques pays, dont les Etats-Unis, Israël et le Canada.

Le vaccin sera administré en deux injections, à trois semaines d’intervalle (21 jours), mais le dosage sera plus faible. Ils recevront un tiers de la dose administrée aux personnes plus âgées, soit 10 microgrammes d’ARN, au lieu de 30.

Quelle est l’efficacité du vaccin ?

Un essai clinique réalisé auprès de 2 000 enfants de cette tranche d’âge a montré que la réponse immunitaire après l’administration d’une dose plus faible de Pfizer était « comparable à celle observée avec la dose plus élevée chez les enfants de 16 à 25 ans », avait indiqué le 25 novembre dernier l’Agence européenne du médicament dans un communiqué. Pour cette étude, « les enfants ont reçu soit le vaccin, soit un placebo. Sur les 1 305 enfants ayant reçu le vaccin, trois ont développé le Covid-19, contre 16 sur les 663 enfants ayant reçu le placebo. Cela signifie que le vaccin était efficace à 90,7 % pour prévenir le Covid-19 symptomatique », poursuit le régulateur européen.

Quels sont les effets indésirables observés ?

Les effets indésirables les plus fréquents observés chez les enfants âgés de 5 à 11 ans sont similaires à ceux observés chez les personnes âgées de 12 ans et plus. Il peut s’agir d’une douleur au point d'injection, d’une fatigue, de maux de tête, d’une rougeur ou d’un gonflement au point d'injection, de douleurs musculaires et de frissons. « Ces effets sont généralement légers ou modérés et s'améliorent dans les quelques jours suivant la vaccination », précise l’Agence européenne du médicament.

A lire aussi