Coronavirus : vers de nouveaux confinements localisés ?

Alors que la circulation du coronavirus s'intensifie en France et notamment dans certaines régions, des reconfinements localisés (par villes, département, région, ou même au sein d'un Ehpad, par exemple) pourraient se mettre en place, si la situation sanitaire venait à se dégrader. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© olrat

Alors que l'épidémie de Covid-19 progresse en France, avec 253 587 cas confirmés, soit 5 429 cas supplémentaires ces dernières 24h, selon les chiffres de Santé publique France, de possibles reconfinements localisés pourraient être mis en œuvre dans certaines régions où la circulation du virus est la plus forte.

Le virus circule activement dans certaines régions

Deux zones géographiques ont été récemment placées en zone active de circulation du coronavirus : l'Île-de-France et les Bouches-du-Rhône. Le préfet de Provence-Alpes-Côte-d’Azur a annoncé mardi 25 août un renforcement des mesures pour lutter contre la propagation du virus, avec l’obligation du port du masque dans tout Marseille et la fermeture des bars et restaurants à 23 h dans toutes les Bouches-du-Rhône. 

En Île-de-France, au 21 août dernier, la capitale disposait d'un taux d'incidence de 94,2 cas pour 100 000 habitants et 321 personnes s'étaient révélées positives au coronavirus. La Belgique vient d'ailleurs de placer Paris en zone à risque ce mercredi soir. 

Éviter un reconfinement total

Face à cette intensification de la circulation du virus, le gouvernement cherche à tout prix à éviter un reconfinement total du pays. Cependant, si la situation venait à se détériorer, le chef de l'État n'a pas exclu un reconfinement ciblé : dans un entretien à Paris Match le 19 août dernier, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a indiqué que toutes les possibilités en matière de lutte contre le virus étaient à l'étude. 

« On ne s’interdit rien » déclarait le chef de l'Etat, en excluant toutefois l'idée d'un reconfinement général du pays. « On ne peut pas mettre le pays à l’arrêt, les dommages collatéraux d’un confinement sont considérables. Le risque zéro n’existe jamais dans une société».

Vers des reconfinements localisés

Il a cependant évoqué l'idée de reconfinements localisés, selon les situations sanitaires de certains endroits. « Nous avons des stratégies très localisées, comme ce qui s’est passé en Mayenne, et allant jusqu’à un reconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait ». 

Le Premier ministre, Jean Castex, va aussi dans ce sens. Ce mercredi 26 août, il a déclaré sur France Inter que le gouvernement envisage des reconfinements localisés dans les régions particulièrement touchées par l'épidémie de coronavirus et qu'il espère «temporaires».

De plus, le Premier ministre a évoqué l'idée d'un possible reconfinement dans les Ehpad. Cela peut « intervenir au cas par cas, bien sûr» a-t-il indiqué. Il a aussi exhorté les personnes de plus de 70 ans et les plus jeunes avec des pathologies à se protéger. 

20 métropoles pourraient être reconfinées

De plus, dans un avis publié le 27 juillet 2020, le Conseil scientifique Covid-19 préconise une réflexion sur un plan de « confinement local » pour 20 grandes métropoles. 

Les 20 plus grandes villes de France en densité de population, qui pourraient être concernées par un reconfinement, sont :

  • Paris (75)
  • Marseille (13)
  • Lyon (69)
  • Toulouse (31)
  • Nice (06)
  • Nantes (44)
  • Montpellier (34)
  • Strasbourg (67)
  • Bordeaux (33)
  • Lille (59)
  • Rennes (35)
  • Reims (51)
  • Saint-Étienne (42)
  • Le Havre (76)
  • Toulon (83)
  • Grenoble (38)
  • Dijon (21)
  • Angers (49)
  • Nîmes (30)
  • Villeurbanne (69)

Quelle forme pourrait prendre un reconfinement localisé ?

Selon un avis du Conseil scientifique émis le 8 juin dernier, le reconfinement local pourrait consister en une fermeture des lieux de loisirs, la mise en place du télétravail dans un quartier ou une ville donnés, mais aussi une « mise sous cloche » temporaire des habitants, avec des entrées et des sorties strictement contrôlées (sans toutefois aller jusqu’à un confinement total). 

df
Claire Plisson
Publié le

Partager cet article :