Coronavirus : un test aux aéroports français pour les voyageurs en provenance de 16 pays

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© sam thomas

Avec 15 millions de personnes infectées, dont plus de 8 millions aux Etats-Unis et en Amérique latine et au moins 3 millions en Europe, l’épidémie due au nouveau coronavirus continue de se propager dans le monde. En France, les signaux d’une reprise de l’épidémie s’accumulent. Selon la Direction générale de la Santé, le nombre de cas détectés a augmenté de 66 % au cours des trois semaines et 209 foyers épidémiques sont recensés sur le territoire. « Cette tendance de fond indique que nos habitudes récentes » (relâchement de l’application des gestes barrières, augmentation du nombre de contacts à risque…) « favorisent la circulation du virus depuis déjà plusieurs semaines », souligne-t-elle.

Au vue de la situation, le Premier ministre, Jean Castex, en déplacement à l’aéroport de Roissy pour faire le point sur les dispositifs de tests déployés pour les passagers au départ et à l’arrivée, a annoncé des mesures pour renforcer la sécurité sanitaire aux frontières.

Des tests pour les voyageurs arrivant de 16 pays à risque

Le chef du gouvernement a annoncé la généralisation des tests à l’arrivée en France de voyageurs en provenance de 16 pays à risque, inscrits sur une liste rouge, « où la circulation virale est particulièrement forte » et dont les frontières avec la France sont actuellement fermées. Les seules circulations autorisées, depuis ces pays, concernent des citoyens français ou des personnes résidant en France.

Les voyageurs au départ des aéroports de ces pays à risque seront tenus de présenter un test PCR négatif réalisé au moins 72 heures avant le vol. Ceux qui ne pourraient pas se faire prélever dans leur pays de départ le seront à leur arrivée aux aéroports en France. En cas de test positif, ils seront placés en quarantaine. « Nous savons que dans un certain nombre de ces pays, il n'existe pas de stratégie de dépistage et que l'accès aux tests est difficile, en conséquence de quoi nous avons décidé de généraliser les tests à l'arrivée », a précisé Jean Castex.

Voici la liste des pays à risque : la Serbie, le Monténégro, le Brésil, le Chili, le Mexique, le Panama, le Pérou, les États-Unis, Israël, les Émirats Arabes Unis, le Qatar, le Koweït, l’Inde, la Turquie, l’Algérie et l’Afrique du Sud.

Le dispositif sera mis en place « dans les jours qui viennent et, au plus tard, au 1er août ». Environ 3 000 personnes seront testées par jour. Des dispositifs comparables seront mis en place dans les ports.

Se rendre en Catalogne (Espagne) est déconseillé

« Nous recommandons vivement aux Français d'éviter de se rendre, tant que la situation sanitaire ne s'améliore pas » en Catalogne (Espagne), qui connaît un rebond des cas de coronavirus, a également déclaré Jean Castex. « Nous sommes en discussion avec les autorités espagnoles et catalanes pour que celles-ci veillent à ce que, dans l'autre sens, les flux soient les plus limités possibles », a-t-il ajouté.

A lire aussi