Coronavirus : un dépistage de masse après le 11 mai

Le gouvernement souhaite réaliser 500 000 tests virologiques par semaine à partir du 11 mai. Si la personne testée est porteuse du virus, elle aura le choix entre un isolement à domicile ou à l’hôtel.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© sonreir es gratis

Les tests seront l’un des piliers de la stratégie de déconfinement qui commencera le 11 mai prochain. A partir de cette date, le gouvernement souhaite réaliser 500 000 tests virologiques par semaine pour les personnes présentant des symptômes et celles ayant été en contact avec un malade du Covid-19. « Il faut casser les chaînes de transmission », a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, dimanche 19 avril lors d’une conférence de presse. Aujourd’hui, « environ 25 000 tests sont réalisés chaque jour », un chiffre « probablement encore un peu sous évalué », a précisé le ministre.

Les tests de dépistage virologiques avec prélèvement dans les narines, dits PCR (réaction en chaîne par polymérase), permettent de détecter la présence du virus dans l’organisme. Ils sont à distinguer des tests sérologiques, basés sur une prise de sang, qui mesurent, eux, la réponse immunitaire de l’organisme à la maladie.

Un confinement à domicile ou à l’hôtel

Ces tests pourraient être réalisés dans les laboratoires de ville, les hôpitaux, mais aussi en drive sur des parkings. « Dès que des symptômes apparaissent, si on est testé positif, on aura le choix entre un confinement à domicile, qui fait peser des obligations strictes de ne pas sortir, pour vous et votre famille, a détaillé le Premier ministre, Edouard Philippe, lors de la conférence de presse, soit vous déciderez de vous confiner dans un hôtel mis à votre disposition et dans ce cas-là vous passerez une durée déterminée dans ce lieu, et après examen médical vous pourrez reprendre une vie normale ».

La possibilité d’un traçage numérique

Les personnes testées positives seront immédiatement informées. Le gouvernement prévoit également de faire du tracing, c’est-à-dire identifier et prévenir les personnes ayant été en contact rapproché avec le malade. « Ça nécessite une logistique humaine très forte », a précisé le ministre, évoquant la possibilité de faire appel à des applications numériques.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :