Coronavirus : trois tutos pour fabriquer votre masque alternatif

Le gouvernement encourage désormais le port du masque alternatif. Mais comment le fabriquer ? Et quelle est son efficacité comparée à un masque médical ? Eléments de réponses.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© ti-ja

Le port du masque va-t-il être généralisé ? Alors que le gouvernement ne conseillait pas d’en porter un pour sortir, l’Académie de médecine a estimé vendredi 3 avril que le port d’un masque « grand public », « alternatif » aux masques médicaux, devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant et après le confinement.

« Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur », explique la société savante française dans un communiqué.

La France étant en situation de pénurie de masques, « la priorité d’attribution des masques chirurgicaux ou FFP2 plus protecteurs doit aller aux professionnels et structures de santé et aux professionnels les plus exposés ». Mais selon l’Académie, la population devrait s’équiper de masques alternatifs, c’est-à-dire ceux que l’on peut fabriquer soi-même.

Les masques alternatifs sont des écrans anti-postillons

« Cette position de l’Académie de médecine est intéressante, a commenté le Pr Jérôme Salomon lors du point presse quotidien du gouvernement, le 3 avril. Ces masques alternatifs permettent de se protéger des postillons, lorsqu’on est en face à face. Nous encourageons le grand public à [en] porter ces masques alternatifs ». Attention, ils ne vous protègent pas des postillons des autres mais protègent les autres des vôtres.

A condition de les utiliser correctement. Comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un masque se met avant de sortir et après s’être lavé les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. Il doit couvrir la bouche et le nez et être bien ajusté. Une fois installé, vous ne devez plus y toucher, ni l’enlever. Si vous l’avez touché, désinfectez vos mains. De retour chez vous, vous devez d’abord vous laver les mains avant de le retirer par les attaches en évitant de toucher le devant du masque et vous relaver les mains après l’avoir enlevé.

Bon à savoir :

Un masque en tissu n’est efficace que trois heures maximum et doit être lavé après chaque utilisation à 60° pendant 30 minutes en machine. Si vous ne pouvez pas le laver tout de suite, mettez-le dans une boîte hermétique en plastique. Un masque en papier doit être jeté immédiatement après avoir été utilisé.

En vidéo : Un tuto pour faire votre masque en tissu

Chargement de votre vidéo...

D'autres masque alternatifs

Sur Internet, les tutos ne manquent pas pour fabriquer un masque en tissu mais tous ne se valent pas. L’Académie nationale de médecine recommande plusieurs vidéos.

► Un masque avec une serviette en papier, des élastiques et une agrafeuse

C’est la solution proposée par le Pr Daniel Garin, médecin du travail chez ARTELIA-MT2i et professeur agrégé à l’Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce. Une fois muni du matériel nécessaire, vous vous désinfectez les mains. Vous dépliez la serviette en papier et la pliez en accordéon et vous mettez à chaque extrémité un élastique et vous les agrafez.

► Un masque avec un tissu plié et deux élastiques

C’est l’un des tutos proposés par le site internet « Stop postillons », créé par quatre médecins nordistes pour promouvoir le port généralisé d’écrans anti-postillons. Le masque est très rapide à fabriquer. Il vous faudra un morceau de tissu ou un bandana et deux élastiques. Après avoir plié le tissu en deux à deux reprises, vous mettez un élastique de chaque côté puis vous rabattez les bouts vers l’intérieur. Et c’est terminé.

► Un masque avec du tissu en coton et une machine à coudre

L’Association française de normalisation (Afnor) a mis en ligne le 27 mars un référentiel pour fabriquer un masque barrière en tissu « bec de canard » ou « à pli », qui couvre le nez, la bouche et le menton. Sa confection est plus compliquée et nécessite une machine à coudre, deux morceaux de tissu en coton 20 cm x 20 cm, du fil et des élastiques. Vous devez suivre un patron précis. L’Atelier des gourdes a mis sur son site internet un tuto pour vous aider à le confectionner.

► Un foulard

Faute de masque, vous pouvez toujours vous couvrir la bouche et le nez avec un foulard ou une écharpe.

Le masque en tissu ne remplace pas les gestes barrières

Bien évidemment, le port d’un masque alternatif ne remplace pas les gestes barrières qui doivent toujours être respectés tout comme la distanciation sociale d’au moins un mètre.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :