Coronavirus : le gouvernement vous incite à téléconsulter un médecin (et c'est remboursé)

Face à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a décidé d’assouplir les conditions de recours à la télémédecine. Il n’est plus nécessaire de passer par son médecin traitant et d’avoir eu une consultation présentielle au cours des douze derniers mois avant la réalisation de la consultation à distance.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© verbaska_studio

Encore peu utilisée, la téléconsultation pourrait se généraliser avec l’épidémie de coronavirus. Un décret, publié le 10 mars au Journal officiel, a assoupli les conditions d'accès à la télémédecine jusqu'au 30 avril prochain. L’objectif est d’éviter les risques de contamination dans les salles d’attente et l’engorgement des hôpitaux.

Depuis le 15 septembre 2018, tous les médecins, quel que soit leur secteur d’exercice (secteur 1 ou 2) et leur spécialité, peuvent pratiquer la consultation à distance au tarif d’une consultation classique (25 € pour un généraliste). L’examen médical, réalisé par vidéotransmission, s’effectue à domicile ou dans un lieu équipé (maison de santé pluriprofessionnelle, pharmacie, Ehpad).

Fini l’obligation de passer par votre médecin traitant

En principe, vous ne pouvez pas consulter n’importe quel médecin en téléconsultation. Afin de garantir une prise en charge de qualité, il est, en effet, nécessaire que le médecin téléconsultant vous ait déjà ausculté au moins une fois physiquement au cours des douze derniers mois. De même, le parcours de soins coordonné doit être respecté. Si le médecin téléconsultant n’est pas le médecin traitant déclaré, il doit avoir été conseillé par ce dernier. Des exceptions à cette règle sont prévues pour les enfants de moins de 16 ans, les spécialistes en accès direct (gynécos, ophtalmos, pédiatres…) ou les patients ne disposant pas de médecin traitant désigné ou dont le médecin traitant n’est pas disponible « dans un délai compatible avec leur état de santé ». Mais face à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a décidé d’aller plus loin et de lever les conditions d’accès à la télémédecine. Il n’est désormais plus nécessaire de passer par votre médecin traitant pour consulter à distance.

Quel matériel faut-il avoir ?

La téléconsultation nécessite d’avoir un ordinateur, une tablette ou un smartphone avec Skype ou Facetime. La connexion internet doit être optimale. Vous pouvez également téléconsulter d’une pharmacie ou d’un centre de santé équipés de balance, stéthoscope et autres instruments de mesure.

Comment se déroule la téléconsultation ?

Avant la consultation, le médecin vous envoie un lien Internet vous invitant à vous connecter à l’heure prévue du rendez-vous à un site Internet ou une application sécurisée. A l’issue de la téléconsultation, le médecin peut établir, si nécessaire, une prescription qui vous sera transmise sous format papier, par voie postale, ou sous format électronique, via une messagerie sécurisée. Les soins prescrits sont pris en charge dans les conditions habituelles.

Comment régler une téléconsultation ?

Les modes de paiement sont identiques à ceux d’une consultation classique. C’est le médecin qui doit préciser les modalités de règlement, à savoir le virement bancaire, le chèque, le paiement en ligne ou l’application du tiers payant.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :