Cannabis thérapeutique : le gouvernement autorise les expérimentations

Retardé de plusieurs mois à cause de la crise du Covid-19, le décret sur l'expérimentation du cannabis thérapeutique a été publié au Journal officiel ce vendredi, ouvrant la voie à de nouveaux débouchés pour le traitement de la douleur pour des milliers de malades atteints de pathologies graves en France. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© stefanamer

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'est fait attendre, notamment des malades qui souffrent terriblement de leurs pathologies. Le décret a été publié ce vendredi 9 octobre au Journal officiel : le ministère de la Santé a officiellement donné son feu vert aux expérimentations du cannabis thérapeutique en France. Au départ, 3 000 personnes devraient en bénéficier jusqu'en mars 2021. 

L'aval du gouvernement intervient plus d'un an après le vote de l'Assemblée nationale en ce sens. Les expérimentations devaient initialement démarrer en cette année 2020 mais, crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 oblige, celles-ci furent retardées. 

Huiles, gélules, fleurs séchées...

Ces expérimentations seront extrêmement contrôlées et encadrées par les autorités. De fait, le cannabis à fumer est totalement exclu du protocole prévu dans ce décret. Les traitements seront administrés aux malades sélectionnés sous forme d’huiles, de gélules et de fleurs séchées à vaporiser.

Les patients qui participeront à cette expérimentation seront atteints de maladies graves et particulièrement douloureuses : formes sérieuses d'épilepsies, scléroses en plaques, malade du cancer en traitement post-chimiothérapie, traitement des douleurs neuropathiques ou encore en soins palliatifs. 

« Une victoire claire, historique »

Dans un communiqué publié peu après la publication de ce décret, le Collectif Alternative pour le Cannabis à visée Thérapeutique (ACT) s'est félicité de cette victoire « claire » et « historique » autant que « tardive » et « amère » pour les militants qui tiennent à rappeler que le feu vert donné par le ministère de la Santé n'a « été possible qu'au prix d'une mobilisation forte ces dernières semaines. »

« Nous devons désormais attendre la publication des arrêtés. Mais nous savons déjà que les sujets du budget comme celui du statut du cannabis en tant que médicament ne sont pas résolus » nuance tout de même Bertrand Rambaud, le président du Collectif ACT.

Sur son compte Twitter, le député de la majorité Jean-Baptiste Moreau, rapporteur général de la mission parlementaire consacrée à ce sujet, s'est réjoui de la parution du décret qui se faisait attendre. Par ailleurs, l'élu de la Creuse en a profité pour annoncer que dans le cadre du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale, un amendement sera porté par la « mission cannabis » au Parlement « afin de doter cette expérimentation d'un véritable budget et la rendre ainsi plus ambitieuse. »

Le cannabis : ennemi numéro 1 en France ?

L'Hexagone est loin d'être le premier pays à faire un tel pas vers l'expérimentation médicale du cannabis. Son usage médical est autorisé dans une trentaine de pays, principalement en Europe (comme aux Pays-Bas, dès 2003) et sur le continent américain. 

Le feu vert du ministre de la Santé Olivier Véran, qui avait déjà porté le texte en temps que député en 2019, intervient dans un contexte particulier en France. En effet, le 1er septembre dernier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a durci la législation en matière d'usage récréatif du cannabis. Ainsi, depuis cette date, l'amende forfaitaire de 200 euros pour tous les consommateurs de drogue, notamment de cannabis, a été généralisée. 

df
Maxime Trédan
Publié le

Partager cet article :