Canicule : les mesures à prendre en cas de coup de chaleur d’un salarié

Avec la canicule, les employeurs doivent être particulièrement vigilants aux signes de coup de chaleur dont pourraient être victimes leurs salariés. Sans intervention urgente, cette hyperthermie peut être mortelle.
2mn de lecture
© KatarzynaBialasiewicz

Alors que la France connaît un nouvel épisode de canicule cette semaine, les entreprises ont l’obligation de prendre « les mesures nécessaires pour […] protéger la sécurité physique et mentale de leurs salariés » contre la hausse exceptionnelle des températures (article L. 4121-1 du Code du travail).

Outre l’adaptation des horaires de travail, l’organisation de pauses supplémentaires, la mise à disposition d’eau potable fraîche et de dispositifs limitant l’impact de la canicule sur les organismes (ventilateurs, stores, etc.), l’employeur est tenu d’informer les travailleurs des effets sur la santé d’une exposition à la chaleur (risque d’épuisement, de déshydratation, de coup de chaleur).

> A LIRE : Canicule : quelles sont les obligations de votre employeur ?

Reconnaître les signes d’alerte liés à la chaleur

L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) classe les effets de la chaleur sur la santé sur une échelle de gravité allant de 1 à 4 :

- Niveau 1 : rougeurs et douleurs, œdème, vésicules, fièvre, céphalées

- Niveau 2 : crampes, spasmes douloureux dans les jambes et l’abdomen, transpiration entraînant une déshydratation, perte de connaissance soudaine et brève

- Niveau 3 : épuisement et déshydratation (forte transpiration, froideur et pâleur de la peau, pouls faible, température normale)

- Niveau 4 : coup de chaleur (hausse brutale de la température corporelle au-delà de 40,6 °C, peau sèche et chaude, pouls rapide et fort, perte de conscience possible).

Le coup de chaleur, une urgence vitale

S’il est rare, le coup de chaleur est très grave puisqu’il peut être mortel dans 15 à 25 % des cas. Dès que les symptômes cités plus haut sont détectés chez un travailleur, il faut agir rapidement. Le collègue ou l’employeur doit :

- alerter les secours : Samu (15), les pompiers (18)

- conduire la victime dans un endroit frais et bien aéré, la déshabiller, la rafraîchir régulièrement en faisant couler de l’eau froide ou en plaçant des linges humides sur son corps et son visage

- si la victime est consciente, il faut lui faire boire de l’eau fraîche par petite quantité

- si elle est inconsciente, il faut rester auprès d’elle et la mettre en position latérale de sécurité (PLS).

Pour obtenir des informations supplémentaires, les employeurs peuvent appeler la plateforme Canicule Info Service au 0 800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe), joignable du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures.

À lire aussi
df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus