Bulles ou perles d’eau : attention au risque d’ingestion par les enfants

Les autorités publiques alertent sur les dangers des perles d’eau décoratives auprès des jeunes enfants. En cas d’ingestion, elles peuvent être responsables de graves conséquences, parfois mortelles.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© hidesy

Les perles ou billes d’eau ont la propriété de pouvoir absorber 400 fois leur poids en eau. Très colorées, elles sont généralement utilisées comme éléments de décoration pour caler des fleurs dans un vase mais parfois aussi comme activité ludique auprès des jeunes enfants. Mais même si elles ne présentent pas un danger immédiat, « ce ne sont ni des bonbons, ni des jouets », alertent le ministère de la Santé et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). 

Outre les risques d’étouffement, elles peuvent provoquer une occlusion intestinale si elles sont ingérées avant leur complète réhydratation. Elles peuvent, en effet, fortement augmenter en volume plusieurs heures après l’ingestion. « Les cas les plus graves peuvent nécessiter un acte chirurgical lourd et sont parfois mortels en l’absence de prise en charge », précisent les autorités. Un cas mortel d’ingestion par une petite fille de 20 mois a été signalé dernièrement ainsi que plusieurs autres accidents sérieux, très majoritairement chez des enfants de moins de 5 ans.

Appeler un centre antipoison

Si une ou plusieurs perles d’eau ont été avalées par un enfant, il faut appeler au plus vite un centre antipoison qui vous donnera des conseils médicaux et la conduite à tenir. En cas d’urgence, appelez le 15 ou le 112.

Dans le cas où des perles d’eau non conformes et dangereuses seraient identifiées comme des accessoires de jouets, ceux-ci feraient l’objet d’un retrait-rappel par la Répression des fraudes.

A lire aussi

Partager cet article :