Alimentation : bientôt une taxe sur les jambons et la charcuterie aux nitrites ?

Jambons, rillettes, saucisses… Des députés proposent de taxer la charcuterie contenant des sels nitrités, accusés de favoriser les cancers colorectaux.
1mn de lecture
© sergeyryzhov

Les députés ont voté, mardi 15 octobre, en commission un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) visant à instaurer une contribution sur la charcuterie contenant des additifs nitrés (nitrite, nitrate et/ou sel nitrité). Porté par l’élu MoDem Richard Ramos, le texte a été signé par une cinquantaine de députés de divers groupes, notamment LREM, UDI-Agir, PS et LFI.

Présentés sous la mention E250 dans la liste des ingrédients des viandes transformées (jambons, pâtés, rillettes, terrines, saucisses, saucissons…), les sels nitrités permettent de leur donner une couleur rose et d’allonger leur durée de conservation. Mais ils sont responsables du caractère cancérogène de la charcuterie industrielle. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence rattachée à l’Organisation mondiale de la santé, estime que « chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 % environ ». Depuis 2015, les viandes transformées ont ainsi été classées « cancérogènes avérés » par le CIRC.

10 centimes par kilogramme

L’amendement propose d’instaurer une taxe fixée à 0,10 centimes d’euros par kilogramme sur les produits de charcuterie, quel que soit leur circuit de distribution. Son montant serait « relevé au 1er janvier de chaque année à compter du 1er janvier 2021, dans une proportion égale au taux de croissance de l’indice des prix à la consommation hors tabac de l’avant-dernière année ». Le produit de la contribution est affecté au régime général d’assurance maladie.

L’amendement doit encore être revoté dans l’hémicycle pour être intégré au projet de loi.

df
Sarah Corbeel
Publié le