SNCF : des contrôleurs en civil pour piéger les fraudeurs

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
La SNCF accentue la chasse aux fraudeurs.

La SNCF accentue la chasse aux fraudeurs. Depuis le mois de juin, elle utilise une nouvelle méthode, dite de la souricière, dans les RER et le Transilien, le réseau francilien de la société ferroviaire. Des contrôleurs en uniforme sont placés à un bout de la rame. A leur vue, les fraudeurs remontent le train pour les éviter mais ils se retrouvent nez-à-nez avec, cette fois, des contrôleurs… en civil.

Pour le moment, ces contrôleurs en civil n’ont été déployés que sur la portion Paris-Est (RER E et ligne P) et Paris-Nord (RER B, RER D, lignes H et K) mais il devrait être étendu à l’ensemble du réseau francilien d’ici le début de l’année 2018.

« Les fraudeurs innovent sans cesse, il est logique que nous fassions de même », explique au Parisien Alain Krakovitch, le directeur général de Transilien. La méthode porte ses fruits. « On a observé une forte augmentation des amendes grâce à ces contrôles », ajoute Alain Krakovitch.

Plus de 300 millions d’euros de perte pour la SNCF

Pour la société ferroviaire, la fraude représentait en 2013 environ 366 millions d’euros de manque à gagner, dont 63 millions d’euros rien que pour le réseau Transilien, selon un rapport de la Cour des comptes.

Ces dernières années, la SNCF a d’ailleurs présenté plusieurs mesures pour renforcer la lutte contre les resquilleurs, comme l’installation de portiques de validation dans certaines gares pour contrôler les voyageurs avant de monter dans le TGV.

A lire aussi