Service civique : de plus en plus de jeunes s’engagent

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Depuis 2010, 200 000 jeunes ont déjà réalisé une mission de service civique.

Depuis la création du service civique en 2010, 200 000 jeunes se sont portés volontaires. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient d’en dresser le bilan dans une étude publiée le 24 mai.

Le service civique propose à tout jeune volontaire âgé de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour ceux en situation de handicap, de réaliser une mission d’intérêt général de 6 à 12 mois, en France ou à l’étranger, auprès d’une association, d’une collectivité territoriale (mairie, département, région) ou d’un établissement public (musée, collège, lycée…). Tous les mois, le volontaire perçoit une indemnité de 472,97 € prise en charge par l’Etat et une prestation complémentaire de 107,58 € versée par l’organisme d’accueil.

Animer un atelier d’informatique, accompagner des bénévoles dans l’accueil de migrants, rendre visite à des personnes âgées…, les missions sont diverses et couvrent différents domaines : culture, action humanitaire, éducation, environnement, santé, solidarité, sport ou encore intervention d’urgence en cas de crise.

Une expérience utile

En 2015, à la suite des attentats, le président François Hollande a décidé de le rendre « universel ». L’idée est de promettre à tout jeune qui le désire de pouvoir effectuer un service civique. Résultat, le nombre de volontaires augmentent, passant de 34 000 en 2014, à 70 000 en 2015 et 200 000 aujourd’hui. Le gouvernement s’est fixé pour objectif d’accueillir 350 000 jeunes d’ici 2018.

D’après l’étude, 89 % des jeunes se disent satisfaits de leur mission et 80 % jugent avoir accompli une activité sociale utile. Et même si « l’insertion professionnelle n’a jamais été un objectif du service civique », 70 % estiment qu’elle leur a apporté des compétences utiles pour leur avenir professionnel. Après leur mission, 75 % travaillent ou suivent des études ou une formation. Par comparaison, avant leur service civique, 37 % étaient sans activité et 10 % seulement travaillaient.

Encourager la mixité sociale

En revanche, le service civique ne favorise pas assez la mixité sociale. Parmi les volontaires, en 2015, seuls 6,93 % détenaient un CAP ou BEP et 36,5 % le BAC. Et les jeunes issus des territoires ruraux ne sont pas assez représentés. Ils rencontrent davantage de difficultés en matière de logement et de déplacement.

Pour davantage de renseignements, rendez-vous sur le site Internet consacré au service civique.

A lire aussi