Serrurier, plombier, électricien : comment éviter les arnaques ?

Nombreux sont les dépanneurs à domicile à profiter de leurs clients, surtout en cas d’intervention urgente. Le point sur les précautions à prendre avant d’appeler un artisan.
3mn de lecture
Dans le secteur du dépannage à domicile, les arnaques pullulent.
Dans le secteur du dépannage à domicile, les arnaques pullulent.

Canalisation bouchée, clef perdue, vitre brisée… Vous avez besoin de faire appel à un artisan et vous ne savez pas vers qui vous tourner ? La Préfecture de police de Paris vient de rappeler les points sur lesquels il faut être vigilant pour éviter les abus.

Bien choisir le dépanneur

Même en cas d’urgence, il faut choisir le professionnel avec prudence. Il est déconseillé d’appeler un numéro d’un prospectus distribué dans la boîte aux lettres. Les coordonnées ou logos de services publics qui y figurent sont souvent reproduits en toute illégalité. Ne les prenez pas pour un gage de confiance.

Sur Internet, évitez les sites de dépanneurs présents dans plusieurs villes ou arrondissements. « Ces adresses sont souvent fictives et visent à donner une fausse impression de proximité ».

Ne vous fiez pas non plus à l’indication « agréé assurances » ou aux mentions valorisantes telles que « père et fils », « compagnons », ou « artisans », qui ne sont pas toujours véridiques.

Pour trouver un professionnel de confiance, vous pouvez :

  • contacter votre assureur, concierge, syndic ou agence immobilière qui disposent souvent d’une liste de contacts fiables ;
  • demander conseil à vos proches ;
  • regarder les réseaux de professionnels référencés comme la Capeb (Conférération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) ou le Synadep (Syndicat national du dépannage à domicile).

Avoir une information précise des tarifs

Avant de faire venir un dépanneur chez vous, renseignez-vous sur les tarifs pratiqués : déplacement, taux horaire de main d’œuvre, etc. Depuis le 1er avril 2017, les sites Internet doivent obligatoirement indiquer le taux horaire de main-d’œuvre TTC, les modalités de décompte du temps estimé, les prix des prestations forfaitaires, les frais de déplacement et le caractère gratuit ou payant des devis. Ces informations doivent également être affichées à l’extérieur et à l’intérieur des locaux des artisans.

Avant le début des travaux, le professionnel doit vous remettre un document unique sur lequel figurent ces informations, qui étaient auparavant précisées dans les documents « ordre de réparation » et « devis ».

Vous devez également avoir le choix de conserver les pièces ou appareils remplacés. Opter pour le oui est un bon moyen de montrer à l’artisan que vous serez susceptible de contrôler si la réparation ou le changement de pièces effectué était bien nécessaire.

Au-delà de 25 euros, la facture est obligatoire

Pour toute prestation d’un montant supérieur à 25 euros TTC, l’artisan doit établir une facture et vous remettre l’original. A votre demande, il peut vous en remettre une pour une prestation inférieure à 25 euros.

Dans certains cas, vous pouvez exercer votre droit de rétractation

Lorsqu’un artisan intervient en urgence, vous ne disposez pas de délai de rétractation. Mais si lors de son intervention, il vous propose des prestations en sus de celles demandées et que vous acceptez, vous bénéficiez d’un délai de rétractation de 14 jours à compter de la conclusion du contrat (articles L.121-21 et suivants du Code de la consommation). Et le professionnel ne peut pas recevoir le moindre paiement pendant un délai de 7 jours.

Dans tous les cas, si les travaux proposés ne sont pas urgents, prenez le temps de la réflexion.

Un prestataire qui profite d’une urgence et abuse de la vulnérabilité d’un client (grand-âge, ignorance) peut être poursuivi pour abus de faiblesse. Ce délit est lourdement réprimé par la loi (amende délictuelle de 375 000 euros, assortie éventuellement d’une peine de prison).

Réagir en cas d’abus

Si vous jugez le travail mal fait, le dépanneur est censé revenir gratuitement arranger la situation.

Dans le cas où vous estimez la facture trop élevée en regard des travaux exécutés, ne payez pas et tentez de régler le litige à l’amiable. Si vous n’obtenez pas gain de cause, vous pouvez alerter les agents de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) dont dépend l’entreprise.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus