Sécurité routière : les campagnes de prévention sont efficaces

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
77 % des sondés disent se souvenir d’au moins une campagne de prévention sur l’année écoulée.

Les campagnes de prévention de la Sécurité routière se révèlent efficaces, témoigne le deuxième baromètre* Allianz France réalisé en partenariat avec GMV Conseil et publié mardi 7 mars. Une nouvelle encourageante quand on sait que 82 % des Français possèdent une voiture et 64 % l’utilisent tous les jours ou presque.

Néanmoins, entre un quart à un tiers des conducteurs ne se sentent toujours pas en sécurité lorsqu’ils conduisent. Ce ressenti est plus fort en ville (36 %) et sur les routes nationales et départementales (33 %) que sur les autoroutes (24 %). 68 % déclarent tout de même avoir le sentiment de pouvoir agir sur les risques d’accidents de la route.

62 % des sondés ont déjà euun accident (du simple accrochage jusqu’à l’accident grave). Un sur deux a connu un accident en tant que conducteur, et un sur quatre en tant que passager. Concernant les conducteurs de deux-roues, 25 % ont déjà été accidentés.

L’effet positif des campagnes de prévention sur les comportements

Le dernier bilan de l’Onisr (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) a dénombré 3 469 morts sur la route en 2016 en France. Un chiffre en hausse depuis 2014. Heureusement, les spots de prévention réguliers de la Sécurité routière influencent les comportements des conducteurs.

77 % des sondés de l’étude Allianz disent se souvenir d’au moins l’une de ces campagnes de prévention sur l’année écoulée. Surtout, 59 % d’entre eux, soit 45 % de l’ensemble des conducteurs, ont le sentiment d’avoir adapté leur conduite grâce à elles. Les jeunes âgés de 18 à 24 ans sont les plus réceptifs aux messages.

85 % sont plus attentifs

D’abord, 85 % sont plus vigilants. Ainsi, ils s’arrêtent plus souvent quand ils sont fatigués, roulent moins vite, vérifient plus souvent le port des ceintures de sécuritédes passagers, contrôlent davantage leur véhicule et se tiennent informés des nouvelles réglementations. Mais seuls 36 % savent que l’hiver est la période la plus dangereuse sur les routes.

S’ils s’estiment bien informés sur la prévention routière, ils sont 24 % à souhaiter davantage d’informations sur les risques liés aux intempéries et sur les comportements dangereux au volant (vitesse, fatigue, usage du téléphone mobile en conduisant).

* L’étude a été réalisée en ligne par GMV Conseil du 29 décembre 2016 au 16 janvier 2017 auprès de 3350 Français âgés de 18 ans et plus et titulaires du permis auto ou moto.

A lire aussi