Scandale Volkswagen : la répression des fraudes confirme le caractère intentionnel de la fraude

L’enquête menée par la répression des fraudes française a permis de confirmer le caractère intentionnel de la fraude et la tromperie sur des véhicules Volkswagen vendus en France. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Dans son enquête, la Direction générale de Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a indiqué que  plusieurs « éléments (...) montraient le caractère intentionnel de la fraude ».
Dans son enquête, la Direction générale de Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a indiqué que plusieurs « éléments (...) montraient le caractère intentionnel de la fraude ». Dans son enquête, la Direction générale de Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a indiqué que plusieurs « éléments (...) montraient le caractère intentionnel de la fraude ».

Lundi 7 mars, la répression des fraudes a indiqué que son enquête avait mis en évidence une fraude du constructeur Volkswagen pour minimiser les émissions polluantes de ses véhicules.

Confirmation de la présence d’un logiciel fraudeur

Dans son enquête, la Direction générale de Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a indiqué que plusieurs « éléments qui montraient le caractère intentionnel de la fraude ». Les investigations « confirment la tromperie sur les véhicules commercialisés en France » a déclaré lundi la directrice de la DGCCRF, Nathalie Homobono, lors de la présentation du bilan annuel de ses services. « Il y avait manifestement dans le logiciel qui pilote les véhicules des morceaux qui pouvaient fausser les résultats lors des contrôles des émissions atmosphériques » a-t-elle précisé.

Les conclusions de l’enquête ont été transmises au procureur de la République. La répression des fraudes françaises avait ouvert une enquête administrative en septembre dernier, suite à la révélation du constructeur d’avoir équipé onze millions de véhicules neufs d’un logiciel permettant de minimiser le niveau d’émission d’oxydes d’azote.

Quelles sont les marques concernées par la fraude ?

5 millions de véhicules Volkswagen

2 millions de véhicules Audi

1,8 million de véhicules utilitaires

1,2 million de véhicules Audi

700 000 Seat

A lire aussi

DF
Publié le

Partager cet article :