Santé : certains actes médicaux moins bien remboursés depuis le 1er janvier

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les examens de santé obligatoires pour les enfants âgés de moins de six ans sont pris en charge à 100 %.
Les examens de santé obligatoires pour les enfants âgés de moins de six ans sont pris en charge à 100 %. Les examens de santé obligatoires pour les enfants âgés de moins de six ans sont pris en charge à 100 %.

Un décret paru le 28 décembre 2018 au Journal officiel modifie la prise en charge de certains actes médicaux en 2019.

La participation forfaitaire augmente de 6 euros

Le montant de la participation de l’assuré pour les actes affectés d’un coefficient égal ou supérieur à 60 ou dont le tarif est égal ou supérieur à 120 euros passe désormais de 18 à 24 euros. Le patient doit régler directement la participation forfaitaire au professionnel de santé ou à l’établissement de santé. Dans la grande majorité des cas, cette participation forfaitaire est remboursée par les complémentaires santé (mutuelles, institutions de prévoyance ou assurances privées). Selon la Mutualité française, le coût de cette augmentation est estimé à 40 millions d’euros par an.

Les personnes qui bénéficient d’une prise en charge à 100 % (invalides, femmes enceintes, malades chroniques, etc.) en sont exonérées.

Nouveaux remboursements à 100 %

Depuis le 1er janvier 2019, l’Assurance maladie prend en charge à 100 % les frais relatifs :

  • aux examens de santé obligatoires pour les enfants âgés de moins de six ans ;
  • aux honoraires perçus par les pharmaciens sur les médicaments dits « particulièrement coûteux et irremplaçables ».

A partir du 1er juin 2019, la consultation unique de prévention descancers du sein et du col de l’utérus prévue pour les femmes âgées de 25 ans sera intégralement remboursée.

Remboursement du dépistage prénatal non invasif de la trisomie 21

Un arrêté paru le 20 décembre 2018 au Journal officiel indique que le dépistage de la trisomie 21 dans l’ADN du fœtus après une simple prise de sang chez la femme enceinte est désormais remboursé par l’Assurance maladie. Appelée « dépistage prénatal non invasif » (DPNI), cette pratique est recommandée par la Haute autorité de santé (HAS) depuis mai 2017 mais est facturée 390 euros. Efficace à plus de 99 %, ce test ADN permet de diminuer le nombre d’amniocentèse, méthode de dépistage plus invasive.

A lire aussi